Le Cabaret Noir

Antre des Vamps
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Sam 8 Juil - 1:47

Skaïa s’arrêta quelques instants, sa course avait été effrénée à travers la forêt. Elle avait finalement réussi à semer ceux qui la poursuivaient. Elle resta aux aguets plusieurs minutes tous ses sens en alerte, prête à réagir dès que nécessaire. Agile et souple elle grimpa sur un rocher. Elle courba le dos et se mit à patienter, attentive. Ses longs cheveux tombaient le long de son visage encadrant ses deux magnifiques yeux noirs. Sa tête était à moitié redressée scrutant l’horizon. Elle attendait fixant le lointain.

*Approchez vous saletés d’elfes venez goûter à mes baisers… venez goûter à mes caresses…Venez que je vous lacère de mes griffes… que je vous dépèce, vous défigure…que mes baisers soient pour vous semblables au feu qui ronge la chair…*

Toujours dans cette même position elle se mit à rire…Un rire narquois et strident. Un rire reflétant son indifférence, son mépris et sa détermination. Les feuilles des arbres frémirent, quelques oiseaux s’envolèrent. La scéne semblait gelée, son rire avait pétrifié les alentours. A l’image de Skaïa les bois semblaient en attente, la présence elfique n’était pas la bienvenue.
Sans éprouver la moindre fatigue, elle attendait. La patience étant une de ses plus grandes qualités. Elle passa sa langue sur ses lèvres sensuellement, elle avait faim…faim de vengeance…faim de ces maudits elfes.


*Et bien quoi la chaleur d’une femme vous fait elle à ce point peur ? Le contact de ma peau, de mes ongles sur la vôtre vous fait il peur à ce point ? Vous laissez vous tant décontenancer par une simple femelle ?*

Elle rit de plus belle. Elle pencha sa tête en arrière et laissa s’écouler un magnifique rire de gorge. Un rire puissant, pénétrant. La forêt frémit à cet appel, la nature ne voulait la laisser sur sa faim. Un oiseau émit un sifflement, Skaïa se redressa alors tel un felin : le danger semblait s’être écarté. Elle étira tous ses membres faisant craquer un à un ses doigts.

Elle resta quelques instants interdite observant plus particulièrement ses mains, ses doigts et ses griffes. Celles-ci avaient été abîmées lors de son combat. Ses mains la lançaient, de nombreuses éraflures recourant celles-ci. Sa robe déchirée ne laissait plus aucune place à l’imagination.




Elle regarda aux alentours…un raton laveur traversait la forêt. Elle s’arrêta, s’assit en tailleur cherchant à ne faire qu’un avec la nature.
Depuis bien longtemps c’est dans cette vie sauvage qu’elle avait trouvé refuge, jamais la nature et les animaux ne l’avaient déçue. Elle ne pouvait dire la même chose des hommes, des elfes, des nains ou de toute autre créature se prétendant supérieure.

Elle se concentra laissant son esprit guidé par la forêt autour. Elle cherchait de l’eau…
Un bruit finit par attirer son attention. De l’eau coulait non loin de l’endroit où elle se trouvait. Elle entendait le bruit calme et tranquille de l’onde.
L’eau dont rien ne perturbe jamais le chemin, l’eau symbole de vie et puissance.
Skaïa faisait toujours confiance à ses sens, jusqu’à présent c’était la seule chose qui ne l’avait jamais trahie.



Elle se dirigea en suivant son ouïe et arriva au beau milieu d’une clairière. Là une rivière suivait son cours. Elle s’approcha de l’eau en grimpant sur une branche qui se trouvait en plein milieu et se pencha.




Quelques secondes lui suffirent pour apercevoir son visage dans l’eau. Elle resta songeuse quelques instants devant ce visage tuméfié et abîmé. Puis d’un mouvement de rage et de colère elle rompit la surface de l’eau pour le faire disparaître. L’eau se troublait mais son visage réapparaissait toujours. Tel une gamine elle continua ce manége un certain temps.

*Je hais ce visage, je hais ce que je suis maintenant, je hais les elfes*

Elle ne voulait plus se voir, elle continuait de rider la surface de l’eau.

*disparais, va t’en…va t’en...mais tu m’énerves…va t’en...disparais…non ce n’est pas moi…pas moi…plus moi !*

Rien ne l’arrêtait plus, voir ce reflet dans l’eau la rendait folle. De plus l’eau attaquait ses blessures, la branche appuyait sur ses jambes éraflées. Rien n’y faisait, la douleur, la fatigue ne l’arrêtaient pas. Quelqu’un passant à cet endroit à ce moment l’eut prise pour une folle.



A force de colère et de fureur elle finit par tomber dans l’eau. La fraîcheur de la rivière la calma quelque peu. Elle pencha sa tête, elle avait soif et prit de l’eau dans sa main. Elle commença alors à nettoyer son visage et ses plaies. Enlever la saleté qui la recouvrait, réajuster ses cheveux et sa robe. Quand elle eut fini elle se regarda de nouveau dans l’eau.
Toujours assise en plein milieu de la rivière.


T’ai-je fait quelque chose ? Pourquoi refléter ce visage ? Ce n’est pas moi pourtant…pas moi…




De fines larmes coulèrent le long de ses joues, s’écrasant doucement dans l’eau. Un oiseau, une mésange, s’approcha de Skaïa qui pleurait. Il se posa sur une branche en face d’elle, sifflant un air entraînant et langoureux. Elle releva ses yeux noirs noyés de larmes, se leva, et s’assit sur la rive. L’oiseau continuait de chanter. Elle se redressa et se mit à danser, tenant un cavalier imaginaire. Ses cheveux se soulevaient souplement au fur et à mesure de ses mouvements.
Prise dans son élan, elle dansait les yeux remplis de larmes, ses pieds fins et agiles reposant sur la mousse du sol. Cette danse ? Comment aurait elle pu l’oublier ? Elle dansait de plus en plus vite, sa tête tournait, ses cheveux volaient en tous sens, tout lui semblait trouble, ses larmes coulant sur son visage, le sel de celles-ci brûlant ses éraflures .


La danse était folle. Emportée dans un tourbillon de folie, de rage et de peine elle s’écroula sur le sol. Tombant doucement comme une feuille d’automne qui se détache d’un arbre. Sa chute amortie par la mousse, n’aggrava pas ses blessures. Impossible de trouver un quelconque repère aux alentours, tout bougeait, tout sifflait dans sa tête. La mésange continuait son chant triste et lugubre.
Une dernière danse ma douce amie ? Ces mots résonnaient dans sa tête, ce chant lui devenait insupportable. Elle mit ses mains sur ses oreilles pour ne plus l’entendre. La mésange continuait : elle sortit ses griffes et d’un geste rapide et violent trancha celle-ci.


Qui es tu pour t’autoriser à me rappeler ce genre de souvenir ?

Le pauvre oiseau tomba sur le sol, arrêtant de ce fait son chant mortuaire. Un chat sauvage profita de cet instant pour l’attraper et partit aussitôt, ne voulant rivaliser avec les griffes de Skaïa.

Mais il était trop tard, trop de souvenirs refoulés, trop d’efforts d’oubli…tout remontait à la surface. Elle leva la tête vers le ciel et cria…Tous ces efforts, toute cette volonté pour enfouir et oublier et voilà qu’un oiseau, un stupide oiseau faisait tout réapparaître.

Des images revinrent par flash à Skaïa…des images qu’elle aurait voulu oublier…




Elle tapa du poing sur le sol, ne voulant plus y penser…Cela n’avait plus d’importance…Des choix tout le monde en fait. Elle en avait fait un, point ! Elle passa sa main sur son cou, se rappelant d’un baiser particulier…Et retapa du poing

*fini fini fini c’est fini ! Oublier maintenant…aller de l’avant…*

Un loup s’approcha de Skaïa. Habituée à la nature et aux animaux, elle ne bougea pas, toujours étendue sur le sol. Le loup s’approcha d’elle, donnant un petit coup de museau dans le corps. A cette sollicitation Skaïa se releva et caressa le loup…Elle ferma alors les yeux et sourit, s’adressant au loup :

Ma belle, tu es une louve n’est ce pas ?

La louve grogna comme pour acquiescer. Skaïa continuait de caresser la louve :

Je ne suis pas la seule à ressentir une peine immense…Tu as perdu tous tes petits, non ? Ne t’inquiète pas ma belle, nous finirons pas les tuer tous ces elfes…
Qui peut prétendre que les animaux sont dépourvus de sentiments ? Plus d’humains que d’animaux manquent de sentiments…


Skaïa s’approcha de la louve et la serra très fort dans ses bras, mouillant de ses larmes sa fourrure. Elle leva ses yeux noirs immenses au ciel et se mit à remercier la forêt et les alentours…

Merci…merci de ne pas me laisser seule.

La nuit tombait, laissant apparaître un ciel étoilé. La louve hurla à la mort ses petits perdus, Skaïa l’accompagna de ses cris de rage exprimant son passé perdu.
Lorsque leur douleur fut quelque peu apaisée, la louve s’allongea en posant sa tête sur les genoux de Skaïa. Celle-ci le nez en l’air ne pouvait s’empêcher de contempler les étoiles.

Ses yeux noirs pétillaient, impossible de dire à ce moment où se trouvait la nuit la plus étoilée. Emerveillée par tant de beauté et de majesté, elle resta le bouche entrouverte. Certes, ce n’était pas la première fois qu’elle contemplait ainsi le ciel…celui-ci avait toujours eu un effet magique sur elle. Elle se retrouvait candide comme une enfant devant ce spectacle.
Skaïa ferma les yeux, apaisée rassurée, elle se blottit tout contre la louve et s’assoupit.




Une silhouette se déplaçait péniblement entre les arbres. Elle avançait tête baissée, la vue brouillée par les larmes. Elle trébucha une première fois. Sa démarche était titubante, son pas peu sûr. Elle s’arrêta, décontenancée, ne sachant ni où aller, ni même où elle se trouvait. Elle regarda à droite, puis à gauche. Des arbres. Tous semblables. Elle fit de nouveau quelques pas, se prit les pieds dans une racine, et s’affaissa doucement sur le sol. Aucun son n’accompagna sa chute. Elle se recroquevilla sur elle-même et se mit à pleurer doucement.

A cette chute, les oreilles de la louve se redressèrent. Elle leva la tête, cherchant d’où provenait le bruit. Ne sentant plus la chaleur sur ses jambes, Skaïa ouvrit les yeux et se redressa lentement. Elle aperçut non loin une forme agitée de soubresauts. Un halo doré l’entourait, protecteur. Skaïa et la louve s’entre-regardèrent, et d’un commun accord se dirigèrent vers la lueur.

D’une main tremblotante, Skaïa voulut toucher la créature au sol. Elle tendit la main, hésitante, arrêta son geste, regarda la louve. Celle-ci l’encouragea à continuer. Alors elle caressa doucement les cheveux d’où provenait la lumière, tirant ainsi la malheureuse de son isolement. Cette dernière leva son visage baigné de larmes, Skaïa put ressentir toute la peine qui l’animait. Elle fronça un sourcil, peu habituée à ce genre de situation :


Qui êtes vous ? Vous êtes perdue ?

Skaïa regretta ses paroles dés qu’elle les eut prononcées.
*Décidément, je ne suis pas douée pour les contacts*


La silhouette se releva et s’accrocha à Skaïa comme si elle était son dernier salut. Elle pleura plus fort, inondant son épaule de ses larmes. Elle tenta de prononcer quelques mots :

Je m’appelle Elyra…Excusez… moi mais… Je… au secours…

Et elle s’évanouit.


Dernière édition par le Sam 8 Juil - 9:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elyra
Invité/e
avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Sam 8 Juil - 8:37

coucou les Vamps!

l'histoire de Skaïa est en cours d'écriture (et co-écriture)
en attendant la suite, tout commentaire est le bienvenu ^^

merci!!!
Revenir en haut Aller en bas
Mag
Gnomette Pétillante
avatar

Féminin
Nombre de messages : 226
Age : 30
Clan : NEMESIS
Race : Gnomette ( et fière de l'être )
Date d'inscription : 27/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Sam 8 Juil - 10:06

J'attends la suite Very Happy (bon je ne sais que dire en commentaire,sauf que c'est bien partit ^^ )
Revenir en haut Aller en bas
hole_master
Chasseuse d'Enigmes
avatar

Nombre de messages : 5
Localisation : trou
Clan : oui
Race : faut voir
Date d'inscription : 09/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Dim 9 Juil - 19:18

me voila comme prevu, vivement la suite de vos histoires Wink
Revenir en haut Aller en bas
Soyinka
Belle et Rebelle
avatar

Féminin
Nombre de messages : 178
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Lun 10 Juil - 8:40

Je te l'ai déjà dit, mais je crois que je ne te le dirai jamais assez:

J'adooooooooore ce que tu fais ma 'tite Skaïa adorée! :amour03:

Et j'attends la suite avec impatience... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
chaoskhorne
Ronchounou en Kilt
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2149
Age : 35
Localisation : Mort
Clan : Mort
Race : Mort
Date d'inscription : 07/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Lun 10 Juil - 10:22

Shocked

trop bon.
Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Lun 10 Juil - 13:04

Elyra finit par rouvrir les yeux ; elle ne se trouvait plus au même endroit. Elle était allongée sur de la mousse, et quelqu’un avait placé des feuilles sous sa tête pour la soutenir. Le lieu où elle se trouvait était très différent du précédent, très éclairé : la lumière était filtrée par les feuilles. Le halo lumineux ne s’étendait pas de manière uniforme, le vent secouant les feuilles semblait posséder un pouvoir sur les raies dorées qui se répandaient. Le calme était de mise dans ce lieu, tout juste troublé par le bruit du vent dans les branches.

Elyra se releva en s’appuyant sur ses avant bras, elle cherchait autour d’elle qui était l’auteur de ce changement de lieu. Seule une louve était présente, assise à côté d’elle, la regardant.
La louve, qui était couchée, se redressa.







Elle était assise sur son postérieur, ce qui laissait voir son ventre.
Elyra, observait la louve, ses oreilles mobiles, ses yeux où brillait l’intelligence, son museau fin, sa fourrure blanche et soyeuse.
Son regard s’arrêta tout à coup sur le ventre de celle-ci, quand elle aperçut ses mamelles.
Sa vue se brouilla de nouveau, elle porta sa main à son propre ventre et baissa la tête, laissant tomber une à une ses larmes sur le sol. Le cœur serré, la gorge nouée.

La louve se leva, s’approcha, et passa sa tête sous la sienne commençant à lécher ses larmes. Elyra passa alors ses bras autour de son cou :


Perdu...je l’ai perdu…

Les mots qui s’échappaient de ses lèvres étaient vides de sens. Ses épaules se soulevaient au rythme de ses sanglots, faisant trembloter la lueur de sa chevelure bouclée. Sa voix et sa lumière étaient comme elle-même faibles, brisées. A ce moment, tout son être n’était et n’exprimait qu’une profonde détresse.Elle continuait d’agripper la louve. Celle-ci se laissait faire, prenant part à son chagrin. La chaleur de la fourrure rassurait Elyra…elle n’était plus seule…
A cette pensée elle s’effondra de nouveau. Cela n’était pas vrai…


Je suis seule…sans lui…sans elle…sans …et Thanos….et mes amis…mon enfant…

[i]Elle pleurait, impossible de l’arrêter. Elle continuait à gémir en s’adressant à la louve.


Un enfant c’est merveilleux un enfant…peut être était ce une petite fille, notre petite fille… Auréa… resplendissante et rayonnante comme moi…où alors un garçon fier et fort comme Thanos…

Mais à cet instant ce n’était plus rien. Elle ne possédait plus ce début de vie en elle. Cette partie d’elle-même et de son mari, ce témoin de leur amour, cet enfant fruit de leur union, cette chose magnifique qui la réjouissait depuis peu.
Elle sentait depuis quelques phases lunaires qu’elle n’était plus tout à fait seule dans son corps. Mais elle avait voulu attendre d’en être sûre avant de l’annoncer à son aimé. Et maintenant, elle avait non seulement la certitude qu’elle avait commencé à porter un enfant, mais aussi et surtout, celle de ne plus en avoir.


Je la voyais déjà…je lui aurais appris à être comme moi, pacifiste. Et notre fils…

Elle avait tant imaginé le bonheur de son mari le jour où elle lui aurait appris cette nouvelle. Elle le voyait rayonnant de joie, la soulevant, la prenant de ses bras, la faisant tournoyer. Heureux, il aurait été si heureux…

Que vais-je lui dire…rien…mon enfant… le Lorndor… ma petite fille...mon petit garçon... Notre enfant...

Elle restait contre la louve, pleurant toutes les larmes de son corps.

Skaïa avait suivi toute la scène perchée en haut d’un arbre. Elle voulait observer cette étrangère que la louve consolait. Elle ne comprenait pas pourquoi elle ne l’avait pas attaquée. Du haut de son arbre beaucoup d’interrogations venaient à son esprit.

Sur son perchoir elle se sentait mal à l’aise ; en effet cette conversation ne lui était pas destinée. Elle ne connaissait pas cette femme et pourtant elle venait d’apprendre quelque chose d’essentiel sur elle. Que devait elle faire ? Descendre et se montrer... l’aider ?
Cette pensée ne la mettait guère à l’aise…elle n’était pas douée pour les contacts humains.
Et puis le louve semblait se débrouiller toute seule. Elle n’avait qu’à rester où elle était et cette jeune femme finirait bien par partir. Pour le moment elle se contentait de surveiller les alentours.


Thanos mon cher amour… Comment réagirait-il ? M’en voudrait il ?

Elyra se redressa, horrifiée à cette pensée. Non, elle ne devait pas lui en parler. Il ne fallait pas qu’il sache. Il serait tellement déçu… Non, elle n’avait pas le courage de lui avouer ce qu’elle considérait comme une faute et ainsi, le rendre triste. Elle secoua la tête négativement. Non. Il ne devait pas savoir. Le mouvement fit bouger ses cheveux, qui dévoilèrent une de ses oreilles. Les oreilles d’Elyra étaient peu pointues, mais trahissaient néanmoins ses origines elfiques.



De la lumière provint d’en bas. Cette lueur dorée qui s’échappait de cette femme avait déjà intrigué Skaïa. Penchant sa tête pour mieux voir, elle aperçut une oreille, mais pas n’importe laquelle. Une petite oreille fine et pointue.

*Une elfe…j’ai aidé une elfe…moi Skaïa.*
Elle émit un bruit bizarre comme quelqu’un qui vomissait. Ecœurée elle était écoeurée.
Elle avait aidé un elfe. Sa colère monta petite à petit.
*Quelles créatures étranges et sournoises... capables de revêtir une apparence aussi douce et sincère… mais cela ne se passera pas comme ça…il faut des exemples… cette elfe ne sera bientôt plus qu’un lointain souvenir parmi mes erreurs*
Skaïa descendit de l’arbre en un bond. Elyra eut à peine le temps de relever la tête qu’une créature se jeta sur elle. Elle se retrouva plaquée contre le sol, un poignard sur la gorge.

Skaïa jubilait, elle rayonnait… enfin elle allait pouvoir se venger de tout ce qu’on lui avait fait.
Une lueur étrange traversa ses yeux…une leur noire et mauvaise. Le sang appelle le sang et c’était ce bruit qu’elle entendait à ce moment.

Elyra ne bougeait pas, elle n’avait plus aucune force ni aucune volonté. Comment aurait elle pu garder ce secret pour elle toute seule et vivre avec ? C’était trop lourd et trop douloureux. Qu’on la tue, comme était mort son enfant, elle ne demandait rien d’autre.

Skaïa, trop occupée à se régaler de la situation, ne sentit même pas cet abandon de la part d’Elyra. Perchée sur elle, elle lui caressait le visage avec son poignard. Elle s’approcha doucement de son oreille et lui murmura d’une voix suave :

Pensais tu que tes tours de passe lumineux allaient m’attendrir sale elfe ? Je n’ai pas l’habitude de tuer des femmes et encore moins des enfants… Il semblerait que j’aie assisté à une conversation qui ne m’était pas destinée… Quelle ironie du sort je n’aurai même pas à tuer tes enfants... ceux ci sont déjà morts…

Elle renversa sa tête en arrière et partit d’un rire immense. Enfin elle tenait sa vengeance. Enfin elle allait pouvoir assouvir ce vide qui lui pesait. Cette créature était décidément pitoyable, elle ne cherchait même pas à se défendre.

Dis moi, elfe, en ce moment quelle est la chose la plus dure pour toi ? Savoir que non seulement tu as perdu tes enfants… ? Qu’en plus tu n’en auras jamais d’autres ? Ou alors te demander si après tu deviendras comme moi une undead ?


Elle promenait son poignard sur la gorge d’Elyra, faisant perler son sang.

Et sais tu ce qui est le pire ? Non seulement je ne ressentirai aucun remord à ta mort, mais en plus si tu deviens comme moi, jamais tu ne pourras oublier la perte de cet enfant.
Et crois moi je ne demande qu’une chose... c’est que tu comprennes ce que c’est de vivre, d’exister avec ce souvenir en toi.


Skaïa rapprocha sa tête d’Elyra, appuyant un peu plus fort sur la gorge de celle-ci avec son poignard. Un mince filet de sang coulait sur la robe d’Elyra. Celle-ci ne disait mot, le regard perdu vers le ciel, les yeux emplis de larmes, résignée. Ainsi elle allait mourir comme son enfant…le rejoindrait elle ? Saurait elle qui il était ? Comment il serait devenu ?

Elle entendait les paroles de Skaïa mais sans en comprendre le sens. Son esprit était refermé sur lui-même, obsédé par ce qu’elle avait perdu. Elyra n’était que douleur, une douleur lancinante, trop forte…trop présente.
Elle allait mourir et alors ? Tant de gens passent par là…pourquoi pas elle ?


Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Lun 10 Juil - 13:06

merci pour tous vos messages ... Embarassed voici la suite...
Et faut remercier elyra aussi ^^(qui m'aide beaucoup Very Happy Very Happy )
Notre histoire à toutes les deux Wink

Merci beaucoup la belle :bisous04: :bisous04:
Revenir en haut Aller en bas
chaoskhorne
Ronchounou en Kilt
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2149
Age : 35
Localisation : Mort
Clan : Mort
Race : Mort
Date d'inscription : 07/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Lun 10 Juil - 13:17

Sad
c'est triste et ca me rappele mon ancienne vie.

/me part pleurer dans sa loge
Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Mar 11 Juil - 14:34

Skaïa s’interrogeait par où allait elle donc attaquer ? Commencerait elle par lacérer la peau blanche et pure de l’elfette, ou bien ferait elle couler son sang sur son corsage changeant le blanc de celui-ci en un rouge sang ? Entaillerait elle ce beau et doux visage ? Arracherait elle des lambeaux de chair au hasard ? Elle se lécha la lèvre, animée d’un vrai plaisir sadique. Enfin elle pourrait assouvir ce besoin de sang et de vengeance. Elle avait tant à combler, les elfes lui avaient tant pris. Elle approcha la lame du virage d’elyra ; dans le reflet de celui-ci elle s’entr’aperçut.
Elle eut t un mouvement de recul frappé par ce qu’elle venait de voir.
Une boule se formait au niveau de sa gorge, lui bloquant le souffle. Mais qu’était elle donc en train de devenir ? La voilà qui s’acharnait sur une pauvre femme sans défense et qui, de plus, venait de perdre son enfant. *Est-ce vraiment comme eux que tu veux devenir ?*. Elle ravala sa salive, hésitant. Que lui apporterait donc ce massacre ? Cette elfette n’y était pour rien…
Allait elle devenir aussi impitoyable et insensible que ces maudits elfes ?
Elfe...elfe…Son regard se fit plus dur…elfe…elfe...la boule disparut…la lueur de pitié était passée. Non c’était fini, elle ne devait pas connaître ce mot . La pitié est pour les faibles.
Et s’adressa à Elyra :


Je n’ai pas demandé à tomber sur lui le jour où c’est arrivé, je n’avait rien demandé et pourtant c’est arrivé.

Ses yeux étaient remplis de larmes. Des larmes de rage, de colère et frustration

Tu n’as rien demandé non plus et pourtant…La vie est injuste. Seule la mort l’est, elle règle la dette de tous les hommes en les mettant sur un pied d’égalité,


Elle brandit son poignard. Dans le cœur, c’est là qu’elle frapperait. Elle s’attaquerait à ce qu’elle n’avait plus. Jouer avec cette elfette ne lui procurait aucun plaisir. A quoi bon la torturer ? Autant apaiser ses douleurs le plus rapidement possible.





Elle leva le poignard au-dessus d’Elyra prête à frapper. Elle allait enfoncer la lame dans la poitrine de l’elfette. Elle voulait sentir ses derniers battements de cœur, quelque part elle lui rendrait service en la tuant. Elle ne se souviendra jamais de la perte de son enfant. Skaïa allait frapper lorsque la louve émit un grognement. Surprise, elle arrêta son geste se tournant vers celle ci. Elle l’interrogea du regard. Pourquoi grognait-elle ? Y avait il du danger aux alentours ? Elle attendit, rien ne se passa. Elle brandit de nouveau son poignard sentant alors une pression sur son avant bras. La louve avait attrapé celui ci, l’immobilisant. Skaïa ne comprenait plus rien et le regard de la louve était dissuasif.

Elle interrogea la louve du regard et murmura :



Pourquoi…pourquoi fais tu ça ? C’est un elfe comme ceux qui ont massacré tes petits. Pourquoi la défend tu ? Elle ne vaut pas mieux qu’une autre. Regarde là ! Tout a fait le genre à ce faire des manteaux de la peau de tes petits. Pense tu un seul instant qu’elle connaisse la compassion ?


La louve lâcha son bras doucement et se mit gémir. Skaïa se tourna vers l’elfe, celle-ci n’avait pas bougé de sa place. Abattue elle ne bougeait plus. Elyra ne savait plus ? Allait elle mourir ? Elle avait senti ce poignard si proche de sa gorge, de son cou, de son cœur. Peut être avait elle-même souhaité que la lame s’abatte. Elle avait fermé les yeux pensant à son prince noir qui ne serait peut être jamais ce qu’elle était devenue.
Skaïa la regardait toujours avec un regard mauvais. Elle avait un mauvais pressentiment, sentant que quelque chose lui échappait. Elle fit mine de relever son poignard. La louve montra de nouveau ses dents. Skaïa soupira, elle rageait. Elle ne pouvait décemment pas se battre contre la louve juste pour avoir le plaisir de tuer cette elfette. Si la louve la protégeait elle n’irait pas contre son volonté du moins pas pour le moment.



J’ignore ce que tu manigances, j’ignore pourquoi tu lui laisses la vie. Une chance. Je lui laisse une chance.

A peine eut elle prononcée c’est mots que les souvenirs lui revinrent en pleine face, telle une claque violente. Elle se revoyait, a genoux suppliante : laissez moi une chance, sil vous plait.
..Sil te plait laisse moi une chance. Si tu ne le fais pas pour moi fais le pour elle…pour Andresya…


Cette chance elle ne l’avait jamais eu. Elle essuya une larme rapidement. Elle refoula une nouvelle fois ce souvenir. Pourquoi se revoyait elle tout le temps ? cette jeune femme souriante et gaie qu’elle était accompagnée de sang. Chaque fois qu’elle y repensait cette image s’imposait toujours à son esprit. Elle était seule, il faisait froid et son sang coulait. Il coulait collant ses cheveux, tachant ses vêtements, se répandant sur le sol ; ses yeux d’habitudes si vifs, si noirs semblaient vident. Andresya lui tenait la main, une main froide et inerte.



Ce souvenir laissait un goût amer à chaque fois qu’il se présentait. Elle baissa la tête, elle ne comprenait plus rien, elle-même se comprenait plus. Que devenait-elle ? Elle regarda alors l’elfe à côté d’elle et se sentit seule tout à coup. Depuis combien de temps n’avait elle pas parlé à quelqu’un ? Depuis combien de temps n’avait elle pu trouver la présence réconfortante d’un… Le mot lui échappait ! Trop de temps s’était écoulé, trop d’eau avait coulé sous les ponts. Elle tendit une main devant elle, comme pour attraper quelque chose. La main tendue ainsi dans le vide le mot lui revint…ami…depuis combien de temps n’avait elle put se confier à un ami ? Elle laissa tomber sa main lourdement et se mit à pleurer.
Elyra se releva à ce moment, elle n’avait pas suivit toute la scène pensant enfin son heure arrivée. Elle n’avait pas bougé pensant à son enfant qu’elle ne tarderait pas à rejoindre. Des sanglots interrompirent sa rêverie et son absence. La furie qui lui avait sauté dessus peu auparavant se trouvait là à coté d’elle. Les larmes coulaient sur ses joues, provenant de ses deux yeux ébène. Elle croisa alors pour la première fois son regard et y sentit une grande détresse.

Elyra sentait que Skaïa abandonnait, elle avait rangé son couteau et ses yeux étaient à leur tour embué de larmes. Elle tendit la main doucement vers Skaïa écartant une mèche de cheveux de ce visage rebelle. Elle lui sourit. Elyra ne voyait pas un monstre sanguinaire et sadique, elle sentit un être empli de souffrance et de douleur. Elle venait de perdre son enfant, une partie d’elle-même venait de mourir. Elle comprenait d’autant mieux le vide qui envahissait Skaïa, elle mit la mèche de cheveux derrière les oreilles de l’undeadette et lui murmura :


Merci de m’avoir aidée


Skaïa se retrouvait sans défense face à cette elfe, elle était abattu elle avait perdu tout son courage, elle renifla haussant les épaules ; Le personnage qu’elle avait été peu avant la dégoûtait. Elle regarda ses mains et ses griffes ; pourquoi cherchait elle ainsi à faire le mal ; elle baissa la tête gênée et répondit :

De rien…désolée pour votre enfant.


Aux paroles de Skaïa, Elyra détourna la tête et porta son regard sur la louve. Elle la caressa. La Louve et elle avaient vécu la même chose.

Courage lui murmura t elle

Elle reposa son attention sur la jeune femme aux cheveux sombres. Celle ci la regarda alors. Pourquoi ne se dégageait il rien de néfaste de cette créature? Pourquoi était elle si différente que les autres? Skaïa le fixait, pointant ses deux grands yeux noirs sur le doux visage de l’elfe, elle pencha alors la tête de côté, pour mieux l’observer. Elles ne disaient rien s’observant mutuellement. Elles souffraient ensemble, chacune rongée par un mal profond, par des souvenirs encore trop présents intense.
Elyra sentait q’elle avait montré sa faiblesse à cette inconnue. Elle fut prise d’une gêne subite, voire même de culpabilité. Son propre époux, Thanos, ne savait rien lui. Il ne fallait surtout pas qu’il sache, ni lui , ni personne. Elle devait enfouir ce souvenir au plus profond d’elle même, tenter de l’oublier. :


Je vous présente mes excuses pour m' être montrée à vous dans cet état.

Elle releva la tête et esquissa un petit sourire. :


Au fait comment vous appelez vous ?


Skaïa avait toujours la tête penchée, le souvenir d’andresya était encore trop présent. Elle eut un petit rictus qui pouvait paraître dédaigneux et répondit :

On me nomme Skaïa et …

Elle voulait rajouter quelque chose mais les mots ne venaient pas :

Et…

Elyra lui jeta un regard bienveillant, celui ci lui redonna un peu confiance en elle :


Et je ne suis que trop bien placée pour savoir ce qu’est perdre un enfant.



Elle leva la tête au ciel, elle ne voulait pas que cette étrangère la voie pleurer. D’une voix emplie de sanglots elle murmura :



Peut être n’était ce pas un hasard que nous nous rencontrions, je connais un de vos secret…un poids immense… je vous dois la même chose.



Elle regarda Elyra. Pour la première fois elle allait conter son histoire à quelqu’un.


Revenir en haut Aller en bas
chaoskhorne
Ronchounou en Kilt
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2149
Age : 35
Localisation : Mort
Clan : Mort
Race : Mort
Date d'inscription : 07/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Mar 11 Juil - 16:16

de plus en plus beau, Sad
Revenir en haut Aller en bas
Seytahn
Lilithieuse d'Abred
avatar

Féminin
Nombre de messages : 7187
Age : 2010
Localisation : Devant des chairs appétissantes, miam !
Clan : VAMPS
Race : Morte-Vivante Vampire
Date d'inscription : 07/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Mar 11 Juil - 19:11

Très beau, très triste, très féminin, et très triste ( pour l'instant)...

Je n'aime plus les RP tristes, et pourtant celui-là je l'aime, parce qu'il y a beaucoup de simplicité et de sobriété dans les sentiments, ce qui en fait la force de cette histoire ( et donnerait presque le cafard, c'est très touchant Wink )

Me tarde de voir la suite moi aussi ^^

_________________
Mon blog
Revenir en haut Aller en bas
http://satyneh-la-gratinee.over-blog.com
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Ven 4 Aoû - 18:53

Ainsi, elle allait se confier…ainsi elle allait tout avouer à une elfe. Cette pensée la rebutait moins qu’avant, mais ne l’enchantait guère pour autant. Après tout n’avait elle pas été elle aussi une elfe ?
L’esprit de Skaïa s’égarait entre rêve et réalité, souvenir et nostalgie, joie et tristesse. Par où allait elle commencer ? Les larmes lui coulaient sur le visage…larmes…eau…sel…
La mer…Son village…sa maison. Tout semblait converger vers un seul et même lieu : Taroine.
Taroine, havre de son enfance, Taroine, petit village tranquille isolé, Taroine, synonyme de souffrance. Pourquoi devait elle repenser à tout cela ? N’était elle pas undead maintenant ? N’avait elle pas le droit d’oublier ? Les yeux de Skaïa semblaient vides, perdus dans le lointain. Ils étaient avec elle, dans son histoire, dans ce passé qu’elle allait devoir raconter. Ce poids qu’elle avait en elle depuis tant et dont elle n’arrivait pas à se défaire. Cette gène, ce fardeau, cette mélancolie…tout ce qui se rattachait à Taroine…allait maintenant sortir et éclater au grand jour.





Elyra n’avait rien dit, attendant que Skaïa soit prête à tout lui révéler. La jeune elfette savait être patiente lorsqu’il le fallait. Elle avança doucement sa main et se mit à démêler les longs cheveux noirs de skaia. Créant un contact avec l’undead, elle espérait ainsi gagner sa confiance. Elle laissa ses doigts glisser dans la longue chevelure ébène de celle-ci, les cheveux étaient à la fois doux et épais, emmêlés mais lisses. Ils donnaient tout le caractère sauvage de Skaia, ce côté force de la nature…la douceur du miel mais la force de l’arbre, les ronces emmêlées et tortueuses mais aussi le calme de l’eau douce. Ses cheveux resplendissaient, illuminés de reflets violets et dorés.
Skaïa s’abandonnait complètement à l’elfette. Elle n’avait plus eu de contact amical depuis bien longtemps. Son apparence elle s’en souciait guère, ne prenant plus soin d’elle. Que quelqu’un la coiffe, que quelqu’un prenne à nouveau soin d’elle provoquait chez elle un sentiment bizarre. Elle attrapa la main qui la coiffait, fixa Elyra dans les yeux et lui murmura :



Sois en consciente… cette histoire… est mon histoire… elle fait partie de moi… en te la confiant je m’ouvre complètement. Jamais je n’aurais pensé la partager avec une elfe. Le hasard, le destin…, appelle cela comme tu veux, nous a mises sur une même route. Une route se partage mais se sépare aussi. Ne me déçois pas, ou tu n’auras pas le loisir de me demander pardon. Je t’aurais tuée avant… et je n’aurai aucun scrupule à poursuivre tout ceux que tu aimes. Comme tu l’apprendras je n’ai plus rien à perdre…comme je n’ai plus rien à gagner.



Le ton était agressif, Skaïa ne pouvait être douce en ce moment, elle ne pouvait retourner dans ses souvenirs sans que leur goût amer ne revienne, sans que toute la douleur ne ressurgisse. Elle allait lui conter son histoire, Elyra ne pouvait exiger en plus d’elle de la gentillesse et de la douceur.

Elle s’assit en tailleur, face à Elyra, planta ses deux yeux dans les siens et commença à conter son histoire.



Taroine, voilà le début de tout. Un petit village prés de la mer sur une côte sauvage apparemment sans histoire. Petit village tranquille. Une grande famille y habitait depuis des générations : les Alfins.
Je m’appelais autrefois Skaïa Alfins et faisais partie de cette famille. Mon enfance, mon adolescence…tout s’est déroulé parfaitement. Un jour pourtant tout a changé…


Emportée loin dans un monde à part… celui des souvenirs… Skaïa et Elyra voyageaient ensemble…


**************************************



Allongée dans l’herbe, un immense sourire aux lèvres Skaïa profitait du soleil. Ses cheveux s’entremêlaient aux fleurs, aux insectes. Ses yeux pétillaient de malice, sa bouche restait ouverte, avide de nouvelles sensations. Les rayons du soleil caressaient son visage fin, ses traits parfaitement dessinés. Rien en ce lieu ne reflétait la guerre qui se déroulait non loin d’ici. Rien de toute la misère, la peur et la désolation n’avait atteint le petit village de Taroine.
Seul le souvenir de la course effrénée dans la forêt et de la poursuite de la biche était présent à son esprit. Radieuse, elle reprenait son souffle en goûtant les joies d’un repos mérité.


Skaïa… Skaïa… où es tu ?


Une voix au loin la tira de sa rêverie. Elle se releva lentement, étirant chacun de ses membres, se recoiffa, réajusta ses vêtements et se dirigea vers la voix. Son sourire n’avait pas quitté sa bouche, illuminant ainsi ses lèvres vermeilles. Marchant doucement elle se rapprochait de sa mère qui l’appelait.
Sa mère était plus petite qu’elle et plus rondelette, néanmoins elle semblait préoccupée. Ses traits étaient creusés, ses yeux bouffis. Tout convergeait vers une seule et même certitude : elle avait beaucoup pleuré. Le sourire de Skaïa disparut lorsqu’elle vit sa mère. Se précipitant vers celle-ci, elle lui demanda :



Maman, maman, m’expliquerez vous votre apparence ? Pourquoi ces restes de larmes sur vos joues ? Pourquoi cette faiblesse qui vous entoure ? Quel mal vous ronge ainsi mère ?



La voix de Skaïa laissait transparaître une pointe de panique. Jamais auparavant elle n’avait vu sa mère dans un tel état. Elle prit le petit bout de femme dans ses bras, toujours paniquée.

Skaïa… Skaïa ma fille chérie… ma fille adorée…. ton père t’attend… il a quelque chose de grave à t’annoncer.

Surprise, elle n’avait plus envie de sourire, ses sourcils se froncèrent, sa bouche se tordit. Pourquoi son père voulait il la voir ? Pourquoi en pleine journée ? N’avait il donc pas mieux à faire avec la guerre aux alentours ? Songeuse, elle laissa sa mère et s’aventura dans la forêt. Elle devait rejoindre Taroine au plus vite, trouver son père et essayer de comprendre ce qui n’allait pas




Elle traversa les bois sombres, l’esprit préoccupé par l’apparence de sa mère. Jamais elle ne l’avait vue dans un tel état. Elle d’habitude si douce, si souriante si pleine de vie. Elle semblait tout à coup éteinte, terne.
Tandis qu’elle marchait, une ombre la suivait, elle, ne s’en aperçut pas tout de suite, mais plus elle s’enfonçait et plus la présence de celle-ci se faisait pesante. Skaïa n’était pas du genre à s’enfuir devant le danger, ni à paniquer à la vue d’un étranger. Elle s’arrêta donc et attendit que l’ombre la rejoigne.
Excès de courage ou de naïveté ? Nul n’aurait pu le dire à ce moment. Lorsque l’ombre fut assez proche d’elle, si proche qu’elle eut pu la toucher, elle s’adressa à elle, sur un ton fier.



Je me nomme Skaïa Alfins, fille du grand Eric Alfins, chef de la famille fondatrice de Taroine.

L’ombre ne répondit rien, laissant seulement entendre un petit rire. Il enleva la capuche qui recouvrait sa tête, fixa Skaïa dans les yeux et tendit la main vers elle. Il lui attrapa le cou et renferma aussitôt son étreinte.
Ses yeux lançaient des éclairs, un regard féroce, sa bouche semblait se tordre de colère, il s’approcha tout prés de l’oreille de Skaïa et la lui mordit au sang. Celle-ci frémit, mais ne laissa sortir aucun son, combattant la douleur grâce à sa fierté. Un combat acharné commençait entre les deux individus. Un combat où chacun se défie, chacun attaque, chacun bluffe. Les yeux noirs de Skaïa s’étaient transformés en deux fins poignards aiguisés, ses lèvres vermeilles annonçaient la couleur du sang. Elle attaqua le visage de l’homme, le balafrant au moyen de ses ongles. Il la repoussa violemment.


Stupide Femelle, stupide créature. Ne t’a-t-on pas donné deux jambes pour que devant le danger tu t’enfuies u lieu de tenter tant bien que mal de faire de la diplomatie ? Laissez donc ces affaires aux hommes, retournez à vos occupations, ne vous mêlez point de ce qui ne vous regarde pas.

Le ton était agressif, le regard menaçant, il avait sorti son épée et menaçait maintenant la jeune Skaïa. Celle-ci pour la première fois de sa vie, connut la peur. La peur de mourir, la peur de ne plus profiter de la vie, le sentiment d’impuissance face à la volonté de quelqu’un. Elle frémit. Elle sentait l’épée lui caresser le visage entaillant par endroit celui-ci. Elle ne pouvait se relever, elle était à sa merci. Se retrouver ainsi seule dans une forêt l’énervait profondément. Pourquoi avait elle attendu cette ombre ? N’était on pas en tant de guerre ? A quoi cela rimait t-il donc de jouer l’héroïne, sans arme ?

L’homme s’approcha alors de l’oreille pointue de Skaïa et lui murmura doucement :


En d’autre temps je t’aurais allongée sur le sol, abusant de toi. J’aurais caressé ta peau jusqu'à ce que celle-ci devienne lambeaux. Tes lèvres je les aurais mordues afin de leur donner toute leur saveur. Et tes cheveux...

Il plongea sa tête dedans.

Tes cheveux…

Il se recula et rangea son épée en la frappant une nouvelle fois.

Mais il se trouve ma chère Skaïa que bientôt tu seras ma femme, et d’ici là je ne veux pas t’abîmer. Quel dommage qu’une aussi belle créature que toi arrive lacérée à sa nuit de noces.

Il partit d’un rire méprisant, remit sa capuche et laissa là la jeune elfette. Avant de partir il se jeta sur elle, écrasant ses lèvres sur les siennes. Comme rassasié, il se releva avant de déclarer :

Pour la route…



Skaïa était perdue, trop de choses se passaient dans sa tête. Elle resta longtemps assise par terre abasourdie. Qui était donc cet homme ? Ce porc immonde qui avait osé l’embrasser ? Osé la toucher ? Pourquoi parlait il de mariage alors qu’elle ne l’avait encore jamais vu ?
Skaïa se redressa d’un coup, mit la main sur sa bouche et poussa un cri. Son père voulait la voir… avec cet incident elle l’avait presque oublié. La peur de sa mère, les propos étranges de cet individu… Non impossible… il ne s’agit que de coïncidences.
La main toujours sur la bouche, elle écarquilla ses yeux… courir, elle se mit à courir le plus vite possible. Elle courait à travers les bois, pieds nus, se moquant des échardes et des ronces. Son père…elle voulait rejoindre son père au plus vite, afin de savoir, afin de pouvoir comprendre ce qui se passait.
La peur au ventre, la gorge et la bouche sèches elle avançait à travers la forêt. Son visage n’était plus illuminé d’un sourire. Il avait pris un ton grave, ses sourcils restant froncés, ses cheveux lâchés au vent.
Course folle et effrénée à travers les bois, les branches qui griffent, les ronces qui piquent, le vent qui fait pleurer… rien ne l’arrêtait.

Elle arriva enfin en vue de Taroine et se précipita chez elle. Arrivant tel une furie elle débarqua dans la pièce où se trouvait son père. S’inclinant tant bien que mal à son entrée, elle ne respecta aucun usage et prit la parole immédiatement :


Père vous m’avez fait demander, mère semblait dans un tel état de panique que je suis partie tout de suite et…

Tais toi Skaïa.

Le ton avait été brusque, n’appelant aucune réponse. Son père était ferme et pas homme à se laisser contrarier. Il continua :

En tant qu’Alfins tu devrais avoir honte de te balader ainsi … Que doit ton dire de ma fille ? Que ce n’est rien d’autre qu’une pucelle écervelée, courant à travers bois et champs. Qui ne connaît rien aux moeurs, qui n’a aucune tenue ou classe.

Skaïa allait ouvrir la bouche pour se défendre.

Ne m’interromps pas ! Si la situation n’était pas aussi alarmante je t’aurais renvoyée te changer, et t’aurais interdit de sortir avant bien longtemps. De l’éducation, voilà ce qu’il te manque ma fille : de l’éducation. Comment peux tu oser être fière de mon nom, de notre famille alors que tu te promènes dans un tel accoutrement ?

Skaïa ne répondit pas, elle avait relevé la tête un quart de seconde et dans un coin de la pièce elle avait aperçu l’homme des bois. Celui-ci était assis, mangeant une pomme, semblant se réjouir de la situation.
Le grand Eric s’approcha de sa fille et lui releva le menton.


Skaïa Alfins tu n’es pas sans ignorer la guerre qui se joue entre les hommes et les elfes. Jusqu’à présent notre village de Taroine a été épargné grâce à mon poids diplomatique.

Il s’approcha de son oreille et murmura :

Malheureusement ton habitude de courir à travers bois et à travers champs t’a fait remarqué petite sotte. Je ne peux rien faire pour toi. Si tu avais eu un peu plus de jugeotte, nous n’en serions pas là.

Il reprit tout haut :

Voici le général Reynac D’Endresy. L’influence et le pouvoir de cet homme vont au delà de ce que tu imagines. Et j’ai l’immense honneur de t’apprendre que d’ici peu cette guerre se finira et ce, grâce à votre alliance à tous les deux. Elfes et humains seront de nouveau ensemble.


Skaïa releva les yeux vers son père et s’écria :


Ainsi donc Grand Eric, mon père vous sacrifiez votre fille, votre unique enfant au pouvoir. N’avez-vous donc que ce mot à la bouche : le pouvoir ! Est il donc si important que vous me sacrifiiez ?

Skaïa se retrouva projetée sur le sol, son père l’avait fait taire l’envoyant à terre, la giflant comme il ne l’avait jamais fait.[/i

]Monte dans tes appartements, ta robe de mariée est prête. Vu l’enthousiasme que tu met dans ce mariage, la cérémonie aura lieu demain.

[i]Avant de conclure il lui murmura :


Sache petite peste, que je répugne à te donner à cet homme, et dès que ce mariage sera célébré, ne remets plus jamais les pieds à Taroine. Jamais plus tu ne seras considérée comme ma fille, jamais plus comme une elfe. Mais comme une traîtresse.

Skaïa le regarda, l’air interrogateur. Pourquoi ? Pourquoi la repoussait elle alors que c’était lui qui la sacrifiait ?
Voyant cette interrogation il répondit :


La prochaine fois tu resteras gentiment chez toi, et tu n’iras plus te baigner ent’exposant aux yeux de tous. Ta crédulité t’a perdue, ta naïveté t’a fait partir de la famille des Alfins.
Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Ven 4 Aoû - 18:53

Il tourna les talons, laissant Skaïa seule. Reynac était resté lui aussi dans la pièce et s’approcha de Skaïa. Sa voix était douce et mielleuse contrastant totalement avec le personnage froid et sombre de la forêt. Il vient s’asseoir a coté de l’elfette mais ne la toucha pas. Il lui parla d’une voix douce et tranquille qui contrastait avec la dureté de ses propos.

Chère petite chose, vous avez la violence de la nature, et sa beauté. Bientôt, vous deviendrez ma femme. Je ne vous cache pas que d’être votre époux procure chez moi une vive excitation, il serait préférable que vous ressentiez la même chose. A défaut de la ressentir vous devrez m’obéir…A commencer par me donner un héritier.
Voilà pourquoi petite chose je ne voulais vous abîmer…


Il passa ses doigts dans les cheveux de Skaïa et se leva d’un bond…

Je vous laisse ma mie, rester assis à coté de vous ainsi sans rien faire…sans pouvoir aller plus loin est une torture…

Il tourna les talons s’éloignant aussitôt. Une servante arriva alors et emmena Skaïa dans ses appartements.
Arrivant dans sa chambre, elle s’effondra sur son lit. Le lendemain très tôt elle fut réveillée par sa nourrice. Celle-ci l’aida à s’habiller, à se préparer. Skaïa se regarda dans le miroir, elle se trouvait belle… belle mais triste… belle mais étrangère… belle mais seule…
La blancheur de la robe faisait ressortir la noirceur de ses yeux et de ses cheveux, elle tendit la main vers le miroir et soupira. Ainsi elle allait se marier, sacrifiant sa vie pour les siens… Son cœur se serra, elle attrapa le bas de sa robe et descendit… on l’attendait, elle le savait…







**********************************

Skaïa arrêta son récit et pour la première fois adressa un faible sourire à Elyra :

Voilà le début de mon histoire, vendue par mon père à un homme que je n’aimais pas pour sauver les miens. Mariage avec un porc qui ne pensait qu’à mon physique et au pouvoir… Ne crois pas pour autant que cela est la cause de tout.
Elle eut une moue moqueuse :

Nombreuses sont celles à être mariées sans le vouloir, je ne serais qu’une imbécile si j’étais devenue undead pour cette raison. Trop de gens pensent que l’amour est la seule chose valable dans une vie, et qu’on ne peut la réussir sans fonder une famille.
Crois moi, quand on se marie sans amour on apprend bien vite qu’il existe d’autres choses…et on apprend à mépriser ce sentiment qui nous a été enlevé…


Elle reprit son discours :

Mon mariage, rien de bien passionnant je ne m’y attarderai pas. La nuit de noce… je l’ai passée les yeux fermés, me concentrant sur les rivages prés de Taroine.
Par contre là où cela redevient intéressant c’est quand j’ai appris et à la grande joie de Reynac… que j’étais finalement enceinte


Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Ven 1 Sep - 22:16

Deux semaine…deux semaines de retard et Skaïa sentait déjà en elle de nombreuses transformations : elle était plus sereine, plus tendre. Ses cheveux étaient plus lumineux, sa peau plus douce, ses fesses et ses seins plus fermes. Souvent elle s’arrêtait devant un miroir se mettant de côté, tentant de voir l’évolution de sa silhouette. Elle se sentait envahie d’un bonheur incommensurable. Un immense sourire illuminait constamment son visage, nul ne pouvait ignorer son changement d’humeur. Elle était radieuse, pleine de vie. Où qu’elle aille, elle ne se sentait plus seule. IL était là aussi avec elle, cet enfant, ce petit bout de vie en elle. Pourtant ce secret elle le gardait pour elle, elle le gardait en elle, le protégeant jalousement. C’était à elle, c’étaient ses moments de bonheur. Un bonheur égoïste, mais qu’elle se sentait en droit de revendiquer. Des moments calmes, tranquilles qu’elle partageait avec son enfant. Une nouvelle présence dans ce château où elle se sentait si seule…Un secret qui la réconfortait, lui redonnait courage et sourire. Elle prenait très à cœur sa nouvelle responsabilité de mère, se sentant revivre.

Emplie de cette joie elle se promenait dans le château, voulant tout montrer à son enfant. Un jour elle arriva dans la salle principale et y trouva son mari en compagnie de plusieurs hommes. Surprise, puis gênée de son intervention elle voulut partir, mais Reynac la retint.


Reste un peu Skaïa, je ne te vois jamais, mes amis non plus. L’autre jour l’un d’entre eux doutait que tu sois encore en vie. Approche, n’aie pas peur, ils ne te mangeront pas… ou du moins pas de la manière que tu crois.

Il partit d’un grand éclat de rire, hilare de la plaisanterie qu’il venait de faire. Il s’approcha alors de sa femme, et sans une once de fierté lui prit la main et le présenta à ses compagnons. La main de Skaïa était tremblante, elle afficha néanmoins un faible sourire.

Voici le nain Trofic, présenta son mari, il n’en existe pas deux comme lui sachant manier la ruse et la hache, à sa droite se trouve un de mes plus fidèles compagnons le seigneur Edward le pieux…Pas besoin de t’indiquer d’où il tient son nom.

S’ensuivit, plusieurs rires gras, comme si l’humour de Reynac était sans pareil.

Enfin pour terminer je te présenterai mon cher Rhomin de Virzac, il me semble que vous possédez certaines choses en commun, ne serait-ce qu’un goût prononcé pour les oreilles pointues. Voici parmi mes plus fidèles compagnons, je confierais ma vie à n’importe lequel d’entre eux.

Skaïa resta interdite quelques instants, dévisageant celui qu’on venait de lui présenter. Elle s’était crue jusqu’à présent la seule elfe dans ce château, et voilà qu’on lui présentait l’un des siens. Son visage s’illumina, ses yeux se plissèrent, ses lèvres dessinèrent un joli ovale sur son visage fin. Rhomin prit la main de Skaïa et la baisa :

Une légende prétend que les femmes elfes sont les plus belles qui soient, nul besoin de légende pour voir à quel point ceci est véridique.

Les joues de la jeune elfe se colorèrent d’un rose pale, elle baissa les yeux. Lorsqu’elle les releva elle y croisa le regard de Rhomin. Une teinte dorée relevait ses yeux noirs et son visage pâle.


Reynac s’esclaffa devant la mine gênée de son épouse, il lui donna une petite tape sur les fesses et déclara :

Et bien Rhomin si vous alliez promener un peu ma femme ? Il fait trop chaud à l’intérieur, la preuve elle rougit.

Il rit tout haut puis se retourna vers Trofic et Edward. *Imbécile* pensa Skaïa, néanmoins la perspective d’une promenade la réjouit. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait eu l’occasion de parler à quelqu’un.





Elle se promena toute l’après midi, le présence de Rhomin était des plus agréables. Elle put parler de tout, de musique, de chant, de son village de Taroine. De sa solitude dans ce château, de sa joie de pouvoir parler à quelqu’un. Tel une gamine, elle racontait tout, ses peines, ses peurs, ses envies. Rhomin l’écoutait d’un air amusé. Tant de pureté et de passion s’échappaient de cette étrange femme. Lorsque le jour déclina, elle emmena Rhomin dans un endroit connu d’elle seule au fond du jardin et lui montra le coucher du soleil. Tandis que celui-ci laissait perler l’éventail doré de ses rayons, illuminant une dernière fois de multiples paillettes le ciel orangé du soir, Skaïa se tourna vers Rhomin et murmura :

Merci…Merci pour cette journée…Merci pour tout…

Il lui prit le visage, la regardant intensément et répondit d’une voix douce :


De rien…ce fut un plaisir que de passer cette journée avec une demoiselle aussi ravissante. Le soleil se couchant, la nuit tombant je dois vous avouer que l’envie de danser me prend.


Skaïa baissa ses yeux noirs, et regarda le sol. Elle se sentait gênée, et d’une toute petite voix répondit :


Je ne sais pas danser…

Rhomin sourit, tant de spontanéité et de fraîcheur c’était remarquable. Il attrapa le menton de l’elfette, redressa son visage et lui murmura dans un sourire :


Je serais alors ravi d’être votre professeur…


Le sourire qui illumina le visage de Skaïa fut pris en gage de réponse. A dater de ce jour, Skaïa et Rhomin se retrouvaient régulièrement pour des promenades sans fin, des discussions à perdre haleine et surtout pour des cours de danse. La jeune elfette se sentait comblée entre ce nouvel ami et son enfant à venir. Tous les soirs avant de s’endormir elle s’asseyait au bord de la fenêtre et chantait une chanson douce et paisible.



Durant toute la chanson, elle passait la main sur son ventre heureuse du petit être qui l’habitait, heureuse de voir sa vie changer, de tout ce qu’elle ressentait. Heureuse de la tournure que prenait sa nouvelle vie. La présence de cet enfant en elle était indescriptible, seules celles qui ont déjà ressenti ce sentiment peuvent comprendre.
Elle pensait à Rhomin…Rhomin toujours si souriant, Rhomin toujours si présent. De nombreuses fois, elle aurait voulu s’abandonner complètement au sourire ravageur de l’elfe, à sa douceur…Comment se faisait il qu’un être aussi généreux et attentionné soit auprès de son mari ? Lorsqu’elle pensait à ses mains douces et expertes, ou à ses lèvres rouges et souriantes, elle avait envie de les croquer, les lécher… pourtant elle n’y arrivait pas, quelque chose la bloquait, quelque chose l’empêchait d’être à lui totalement. Elle se surprenait parfois à danser toute seule, s’imaginant tout contre lui.



Un soir alors qu’elle était assise à son habitude prés de la fenêtre, Reynac entra. Son visage était dur, ses mâchoires crispées. Skaïa venait de finir sa chanson, lorsqu’il pénétra brusquement dans la chambre. Elle tressaillit, d’habitude il ne venait jamais la voir, préférant la présence des servantes à la sienne. Elle croisa son regard, soutenant celui-ci. En d’autres temps elle se serait enfermée dans la salle de bain, attendant qu’il se calme. Ce soir elle n’avait plus peur, elle allait se battre. Elle ne voulait pas que son enfant ait une mère lâche :



Et bien cher époux vous me semblez contrarié ? Que me vaut l’honneur de votre visite ? Je pensais la couche de Sylvia plus agréable que la mienne…Pourquoi ce changement si brusque ?


Tout cela avait été dit sur un ton de défi, Skaïa planta ses yeux dans ceux de Reynac… Elle n’avait plus peur… plus du tout…
Reynac s’approcha de l’elfette, lui arrachant son vêtement. Là apparut le ventre de Skaïa, celui n’était pas encore totalement rond, mais on y décelait déjà les premières formes dues à sa grossesse. Comme une petite madeleine en bas du ventre, une dune de sable naissante.
Reynac murmura :



Alors c’est vrai…ce que l’on dit est bien vrai…

Son regard s’adoucit, et pour la première fois depuis leur mariage, il prit Skaïa dans ses bras, la serrant très fort…

Merci…merci petite chose…

Ce contact la surprit, cette marque de tendresse. Elle ne s’attendait pas à une telle preuve d’affection de la part de son mari. Lui qu’elle avait toujours jugé comme un porc sanguinaire.
Brusquement il la repoussa, quelque chose semblait lui faire peur. Il la prit par les épaules, et la secoua si fort que Skaïa sentit un tressaillement en elle.


Est-il de moi cet enfant au moins ? En suis-je réellement le père ?

Skaïa le regarda alors d’un air méprisant. Sur un ton sec et cassant elle lui répondit :

J’en suis la mère ça je peux te le garantir.

Reynac resta sans voix, Skaïa reprit :

A mon plus grand regret personne d’autre n’est venu me connaître plus… intimement…
Un enfant ne tombant pas du ciel… Il ne peut que s’agir du tien… Mais…


Elle pointa son doigt sur son mari et continua :

Il s’agit autant de mon enfant que du tien…tâche de ne pas l’oublier. Maintenant je me sens fatiguée, le petit être que je porte en moi aussi. Si tu voulais bien me faire le plaisir de te retirer, je pourrai aller me reposer…

Elle jeta un coup d’œil rapide à Reynac, celui-ci avait changé d’expression.

N’y songe même pas…



Il revint prés d’elle, l’œil toujours brillant. Skaïa se débattit, elle voulait s’enfuir. Partir loin… ailleurs. Reynac l’immobilisa et la plaqua contre le sol. De fines larmes coulèrent sur les joues de Skaïa, elle ferma les yeux et entama une berceuse pour son enfant…

Dors cher enfant dors… n’aies pas ça à subir toi aussi… Fuis ailleurs si tu le peux.

Elle sentait les mains moites de son mari, son corps sur le sien, son souffle prés de ses oreilles. Une douleur immense déchira son ventre lorsqu’il tenta d’entrer en elle, elle poussa un cri si puissant que Reynac s’arrêta. Elle le repoussa puisant dans ses dernières forces. Elle resta sur le sol de sa chambre pleurant les mains sur son ventre. Son mari était à côté, et la regardait, il avala difficilement sa salive, les yeux grands ouverts, il voyait sa femme étendue impuissante par terre.
Le jeune elfette était anéantie, elle avait parfaitement compris ce qui se passait en elle, elle savait très bien ce que signifiait cette déchirure. Elle jeta un œil inondé de larmes sur ses jambes, celles-ci étaient baignées de sang. Elle se souvint alors de la phrase qu’elle avait prononcé auparavant : fuis ailleurs si tu le peux…Dans un sanglot elle murmura :


Ce n’était pas ainsi que je l’entendais…

Elle se leva tant bien que mal, retombant aussitôt. Son mari voulu l’aider, ses gestes étaient pires que des brûlures. Elle cria, elle le griffa, elle le mordit puis rampa jusqu’à la salle de bain et s’enferma.



*************************************************************

Elyra était toujours en train de peigner la belle undead, celle-ci dans un instant de colère la repoussa et la griffa. Surprise, la jeune Elfette regarda son bras, celui-ci avait été déchiqueté tout du long. Le sang commençait à couler sur sa robe. Avant qu’elle ait pu ouvrir la bouche Skaïa l’agressa :

Je ne crois pas t’avoir demandé de toucher mes cheveux ? Je me trompe ? Qu’espères tu ? Que nous devenions amies ? Je t’en prie ne sois pas si stupide. Penses tu sincèrement que je te confierais mon histoire si je n’avais pas l’intention de te tuer par la suite ? Qu’est ce que cela peut te faire de savoir que le sort s’est acharné sur moi et que j’ai fini par être lâche ? Je suis seule responsable de ma vie et des erreurs que j’ai faites, je n’ai besoin de personne pour me plaindre ou au contraire me mépriser. Et je n’ai par-dessus tout pas besoin d’une Elfe !

Skaïa se leva, une foule de sentiments contraires l’envahissait. D’un côté elle voulait de nouveau se jeter sur l’elfe et la tuer, la rouant de coup, la défigurant de manière à ce qu’elle ne soit pas reconnaissable. Un rapide coup d’œil sur la louve la fit changer d’avis. De l’autre côté, se confier lui faisait du bien. Elle grimpa alors sur un arbre, s’asseyant sur une branche. Mettre une distance entre elle et l’elfe lui était déjà plus supportable.

Je te laisse le choix : si tu veux partir tu le peux, je ne te retiendrai pas. Si tu veux savoir la suite, reste. Mais alors il faut me promettre une chose en retour : ne me juge pas ! Et…

La voix de Skaïa s’engloutit au fond d’elle-même :

Non rien…ne me juge pas c’est tout…

Elyra n’avait pas compris ce brusque retournement de situation. Pourquoi Skaïa tout à l’heure si douce était redevenue si cruelle, si sauvage ? Entendant les paroles de la jeune undead, tout se fit clair dans son esprit. Revenir ainsi sur ses souvenirs était douloureux, et provoquait chez Skaïa divers sentiments. Sentiments mêlés de peur, de honte… voire de culpabilité.
Elyra se doutait que l’histoire de la jeune femme n’était pas finie, et à en juger par son anxiété le pire allait arriver.

La douce elfette secoua ses cheveux faisant apparaître une aura de lumière, elle sourit et dit en direction de Skaïa :


Pourquoi te jugerais-je ? Je n’ai pas cette prétention, je prends déjà cela comme un honneur que tu te confies. Jamais je ne te jugerai. Je te fais cette promesse Skaïa. Puisses tu y voir toute la sincérité de mes propos. Tu sembles perdue, je veux t’aider, te tendre une main qui trop souvent t’a été ôtée. Je veux que nous devenions amies, cela est vrai, je veux pouvoir te soulager, je veux pouvoir tout partager…Peut être est ce utopique de ma part, mais quelque chose d’irrésistible m’attire vers toi…J’aimerais pouvoir à l’avenir te présenter comme une amie, et avoir l’honneur que tu dises la même chose.

Skaïa ne répondit rien, restant perché sur son arbre. Trop tôt, il était trop tôt pour ce genre de décision. Elyra semblait accepter le passé de l’undead ; il s’agissait de voir comment elle réagirait à la suite de son histoire. La belle elfette semblait vouloir savoir la suite : elle allait être servie.


Dernière édition par le Ven 1 Sep - 22:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Ven 1 Sep - 22:16

*************************************************************

Enfermée dans sa salle de bain Skaïa pleurait, recroquevillée par terre, secouée de sanglot. Effondrée comme une bête sauvage, elle n’avait plus aucune dignité : ses cheveux étaient en désordre, son maquillage avait coulé, sa robe était taché de sang, et elle était là, tremblante, n’arrivant pas à se remettre de ce qu’elle venait de subir. Tel un fantôme, le regard perdu dans le vide, elle fixait le mur qui lui faisait face… une seule chose comptait… Une seule pensée s’imposait à son esprit… Une seule envie… un seul et dernier but : Rhomin…

Rhomin… plus que jamais elle souhaitait l’avoir à ses côtés, être a lui. Elle sortit précipitamment de la salle de bain, sans se donner la peine de se recoiffer. Son mari était parti de leur chambre. Elle se dirigea vers les escaliers et vers la chambre de Rhomin. Une seule envie, une seule idée… poussée par un désir aveugle, une soif d’amour immense, elle errait à travers le château.

Elle finit enfin par le trouver assis prés d’une fenêtre à regarder les étoiles, songeur. La pièce était plongée dans l’obscurité, seule une bougie éclairait faiblement son visage. Ses yeux noirs brillaient, sa bouche souriait, la flamme de la bougie semblait caresser ses traits. Sa chemise entrouverte laissait apercevoir son torse musclé, ses cheveux retombant de part et d’autre de ses épaules. Assis là, il observa l’entrée fracassante de Skaïa sans mot dire.
Celle-ci s’effondra des qu’elle le vit et resta allongée sur le sol.

Rhomin s’étira jetant un dernier regard vers les étoiles, un éclair sournois traversa ses yeux, un sourire en coin illumina son visage et dans un souffle il leur murmura :


Au travail mes jolies…allons nous amuser…Allons jouer avec l’innocence et la beauté…

Il vint s’accroupir à côté de Skaïa, dégageant ses cheveux de son visage. Il caressa sa joue s’approcha de son oreille et lui murmura :

Belle Skaïa…Douce Skaïa…Faible Skaïa…M’accorderez vous cette danse ?

Sans attendre de réponse de sa part il la souleva, la plaquant contre lui. Une musique douce s’éleva dehors. Il sourit… Décidément tout semblait être avec lui. La tête de Skaïa était posée contre son épaule, son corps faible n’était soutenu que par sa force. Il sentait sa poitrine contre son torse, sa taille contre son bassin, ses jambes fines prés des siennes. Elle s’abandonnait complètement, se laissant guider par ses pas. Elle était sans force, il la maniait comme un pantin, aucun combat… aucune lutte…
Le sourire triomphateur s’effaça du visage de l’elfe : ce genre de victoire ne lui convenait pas, il n’était pas du genre à abuser de la faiblesse des autres. Il ne voulait pas d’une Skaïa par dépit, il voulait qu’elle se donne entièrement à lui, que cela soit son choix ! Ce qu’il aimait par-dessus tout c’était les défis, arriver à avoir n’importe qui, quels qu’en soient les sacrifices. Jouer avec les gens, les sentiments, la vie. On savoure d’autant mieux une victoire quand elle nous a coûté… Là c’était trop facile, ce n’était pas digne de lui ni de son niveau. Il ne savourerait rien du tout…
Il repoussa doucement le petit corps fragile, s’asseyant par terre avec elle. La lutte n’était pas terminée, cette étape était déterminante pour la suite. Assis par terre, le corps menu de Skaïa contre lui, il la cajola, la berça tentant de la rassurer.

Ses gestes étaient mécaniques, il n’y avait dans ce qu’il faisait aucune affection, aucune tendresse. Ce n’était que des gestes répétés maintes et maintes fois. Son esprit était ailleurs, réfléchissant déjà à ce qui suivrait, comment il devrait s’y prendre le lendemain. Son esprit vadrouillant, il posa ses yeux sur un miroir. Celui-ci, lui renvoya son image. Il se vit et sourit… Sa capacité à manipuler l’impressionnait toujours… Il se fit un clin d’œil…
*Je suis sur la bonne voie rassure toi…* Il continuait son manège, tranquillement, certain d’un résultat proche…

Skaïa se calmait petit à petit. La présence de Rhomin était rassurante. Elle finit par tout lui raconter… tout… son enfant, ses projets, ses envies, son mari…et le drame. L’elfe l’écoutait sans rien dire, caressant ses cheveux… À chaque fois qu’elle sanglotait, il la serrait plus fort contre lui. De nombreuses fois il se retint de bailler, prenant sur lui, continuant d’écouter. Epuisée, l’elfette s’endormit tout contre celui qui venait de prendre autant soin d’elle.
Rhomin, comprit qu’il ne fallait pas insister pour le moment. Il souleva Skaïa, et transporta cette petite elfe jusqu’à son lit. Là il la coucha. Voyant qu’elle dormait, il s’assit à sa coiffeuse et entreprit la rédaction d’une lettre. Il soupira…relisant sa lettre.

*Je pourrais quand même me renouveler un de ces quatre, cela manque cruellement d’originalité. Dix, vingt, trente fois que j’écris la même chose…Mais dix, vingt, trente fois que cela marche… Pas étonnant qu’on ne fasse pas d’effort s’il n’existe aucune personne du sexe faible capable de rivaliser avec moi… capable de rivaliser avec un tissus de mots… Je vais finir par m’ennuyer si cela continue*.

Il laissa Skaïa et en sortant de la chambre il croisa Sylvia. Elle faisait la ronde dans le château accompagnée de son horrible bête. Il resta interdit quelques instants en la dévisageant puis l’apostropha
:

Et bien Reynac n’est pas avec toi ce soir ?

Sylvia ouvrit grands ses deux yeux, fit voler ses cheveux violets. Elle mit un doigt sur sa bouche penchant la tête sur le côté et répondit d’une voix provocatrice :

Il semblerait, sieur De Virzac, que je sois seule et abandonnée ce soir. Ayant peur de regagner seule ma chambre je me promène avec mon dévouée Kyorin.

Elle indiqua la créature qui la suivait. Rhomin sourit, une telle attitude était pitoyable. Tout en elle sentait la vulgarité : il n’avait aucun respect pour ce genre de fille. D’habitude il ne se serait pas abaissé à lui adresser la parole mais ce soir il avait trop faim. Le sacrifice qu’il avait fait le laissait sur un goût d’inaccompli. Il attrapa Sylvia par le bras :

Allons jeune fille n’ayez plus peur je vous raccompagne…

Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Dim 10 Sep - 0:12

Skaïa se réveilla le matin suivant, l’atmosphère de sa chambre était encore emplie du drame de la veille. Elle porta la main à son ventre, celui-ci était vide à présent. Elle soupira, elle ne voulait pas pleurer. Elle ravala ses larmes et se leva…Toute la nuit elle y avait réfléchi, toute la nuit elle avait été obsédée par cette pensée. Elle aurait du ressentir de la culpabilité,de la honte, du mépris…à la place il n’y avait que du soulagement. L’enfant qu’elle avait perdu était celui de Reynac, ce n’était pas le sien…Ce n’était plus le sien… Elle l’avait aimé, il est vrai…mais maintenant tout cela était du passé.
Elle se leva, une servante arriva pour l’aider à s’habiller. Son esprit continuait de fonctionner. Certes elle aurait du se sentir encore triste de la perte de la veille : elle ne l’était pas. Elle avait un tout autre projet en tête. Un enfant elle en désirait un, sa volonté d’être mère n’avait pas changé. Elle passa la main sur son visage, un enfant qui lui ressemble, un petit bout d’elle-même…un petit bout de …quelqu’un d’autre…

Tandis qu’elle était perdue dans ses pensées, elle remarqua une lettre coincé entre le bois de sa coiffeuse et le miroir. Elle tendit sa main délicate et l’ouvrit. Son cœur bondit dans sa poitrine : il s’agissait de Rhomin.




Belle et douce Skaïa,

Lorsque vous lirez ces quelques mots j’espère que votre état se sera amélioré. Jamais je n’aurais pensé tenir dans mes bras le petit être fragile que vous étiez hier soir. Vous sentir ainsi prêt de moi, à ce point souffrante et tremblante, relevait de la pire des tortures. Tandis que vous vous confiez, tandis que vous vous serriez contre moi, je me trouvais là impuissant. Ne pouvant vous offrir qu’une épaule consolatrice. Tendre amie, ne permettez à quiconque d’obtenir un assez grand pouvoir sur l’être charmant que vous êtes. N’autorisez personne à avoir la capacité de vous démolir ainsi.
Vous êtes forte, jolie Skaïa, beaucoup vous envierait votre courage et votre vivacité. Promettez moi d’illuminez à l’avenir uniquement votre visage de sourires. Les larmes, contrairement à ce que l’on peut croire, ne sont pas des perles, elles n’embellissent pas, elles ne brillent pas…
Skaïa, chère Skaïa, rien ne pourra réparer le drame que vous avez vécu, et je ne serai pas de ceux qui vous prétendront le contraire. Si je me permet de m’adresser à vous ce soir, si j’ai l’audace de vous écrire ces quelques mots c’est que vous êtes venu à moi nu, sans artifices il y a quelques instants. Je ne pourrai décrire le sentiment qui m’envahit lorsque confiante vous vous endormîtes tout contre moi. Je ne saurais vous exprimer ce que je ressens en ce moment même vous voyant si paisible dans votre lit. Belle Skaïa, j’espère que la rencontre d’hier soir n’étais pas uniquement du à votre faiblesse et votre état.
J’aimerais vous revoir et s’il m’est permit en d’autres circonstances.
Rétablissez vous vite chère amie, afin que nous puissions danser, en oubliant temporairement tous nos soucis.

Rhomin de Virzac.





Skaïa ne contenait plus sa joie, elle lu et relu mainte fois cette lettre. Elle mit celle-ci prés de son cœur et ordonna à la servante de la changer :

Je veux être belle, lui ordonna t elle.

Elle mit alors une robe en soie de la couleur de la nuit. Cette couleur alliait parfaitement celle de ses yeux et de ses cheveux, ainsi habillée une ambiance de mystérieuse enveloppait totalement Skaïa. Elle releva ses cheveux en un fin chignon, laissant quelques mèches retomber sur son cou nu. La robe mettait en valeur ses courbes harmonieuses dessinant une poitrine parfaite et une chute de rein vertigineuse. Un fin drapé de soie accompagnait le tout, brodé de fils d’or il allait de paire avec la beauté des yeux de Rhomin.




C’est ainsi vêtu que la jeune Skaïa entreprit d’aller voir Rhomin. Celui-ci était assis sur un canapé, un jambe fléchi, il avait la tête appuyée contre son genoux. Ses yeux étaient fixes, ses oreilles pointus étaient redressées, il écoutait de la musique. Deux trois musiciens jouait pour lui, violons et contrebasses s’agençaient dans un air fabuleux. Lorsqu’il vit Skaïa entrer resplendissante il sourit intérieurement.
*Tu as bien fait d’attendre Rhomin, le résultat n’en sera que d’autant plus savoureux*


Il se leva, sourit à celle qui venait d’entrer, lui tendit une main et d’une voix douce et agréable :

Une dernière danse ma douce amie ?

Elle mit sa main sur la sienne, se retrouvant attirée tout contre lui :

Pourquoi dernière Rhomin ?

En guise de réponse, celui-ci la regarda et sourit tendrement. De son autre main il lui caressa le visage et posa délicatement ses lèvres sur les siennes. Il enfouit sa tête dans son cou respirant son odeur. Un doux parfum de mûre mêlé d’une douce odeur de sous bois. Il ferma les yeux, il pouvait entendre l’eau d’une rivière couler, un oiseau chanter, une fleur s’épanouir. Un air doux et léger ce fit entendre. Il rouvrit les yeux, sourit :

J’ai dit dernière ? Ce mot à du m’échapper belle amie…

Il prit la deuxième main de Skaïa la posa sur son épaule, d’un mouvement brusque il bloqua ses hanches contre les siennes. Epaules contre Epaule, il passa une de ses jambes entre celles de sa partenaire et commença à la faire danser tout doucement. Le contact de cette petite Elfe contre lui attisait de plus en plus son désir, mais il ne fallait rien brusquer. D’un geste habile il l’éloigna la faisant tourner. La musique entraînante donnait à la danse des teintes blanches, des teintes mauves et vertes. Comme les fleurs qui doucement s’ouvrent dans les prés, comme l’herbe qui bouge au grés du vent. Le chignon qu’elle s’était fait ne résista pas longtemps à leur danse effrénée. Ses cheveux se détachèrent, ils volèrent animés de mouvements souples. Elle était là belle, tournoyante et souriante.

L’air que jouèrent ensuite les musiciens fut plus lourd, plus pesant. Les violons accompagnaient chacun des mouvements des deux elfes. Jouée dans les graves, ils accentuaient l’idée d’emprisonnement. L’atmosphère devenait plus difficile à supporter, l’air semblait se réchauffer. Skaïa se sentait mal comme oppressée, le rythme régulier des contrebasses accentuait l’idée d’enfermement. Deux notes de piano donnèrent à la danse son côté tragique. Deux notes au hasard qui coupait le rythme…deux notes claires qui résonnaient encore à travers l’immensité de la pièce. La coordination de tous les instruments donnaient une danse, donnait Leur danse. Une danse où chaque pas semblait un défi, une danse où chaque mouvement était une lutte. Rhomin continuait agile imperturbable, il faisait tournoyer Skaïa la tenant tour à tour fermement et relâchant petit à petit son étreinte. Jamais il ne lâcha la main de l’elfe, lui rappelant sans cesse sa présence. Il la serra alors contre lui. La musique se tut. Seul un violon continua d’accompagner les gestes de l’elfe. Ses notes graves donnaient à la scène une atmosphère lugubre. Skaïa frissonna. Il descendit sa main sur le bas du dos de celle-ci. Toujours collé contre Rhomin, le belle elfette pouvait sentir chacun de ses mouvements, chacun de ses muscles. Elle sentit la main descendre le long de son corps, explorant les moindres courbes de celui-ci.
La musique s’arrêta brusquement et Rhomin fit signe aux musiciens de sortir. Il ne restait plus que lui et Skaïa dans la pièce.
Il commença à dégrafer tout doucement la robe de l’elfette, ses mains expertes n’avaient aucuns mal à trouver les attaches. Une main fragile le repoussa calmement, Skaïa s’écarta doucement de Rhomin. Ses deux yeux noirs le fixaient.

*Me serais je trompé ? Serait elle la première à me résister ?*Rhomin s’étonna de l’attitude de sa compagne, mais n’en laissa rien paraître.
Celle-ci le regardait les yeux empli de quelque choses d’indéfinissable. Dans l’attente de quelque chose .Elle tenta plusieurs fois de parler, puis finalement murmura d’une voix douce :



La douceur d’un mot prononcé par vous,
Le bonheur d’un amant si doux,
Pourront ils jamais me faire oubliez,
A quel point l’on peut souffrir d’aimer ?

La tendresse sur votre visage d’un sourire vu,
La caresse experte d’une de vos mains nues,
Arriveront il à me rendre confiance,
Et à ce titre vous aimez sans défiance ?

Brisée, Morcelée et par-dessus tout abusée,
Bien des morceaux ont été perdus, éparpillés,
Ne m’autorisant plus à jouer avec ce cœur haïe,
Avec cette vie rejetée, plongée dans ma mélancolie.

Puis-je Rhomin vous faire confiance, vous croire ?
Et ainsi me donner à vous, nue dans le noir ?


Rhomin ne put réprimer un sourire …*Non je ne me suis pas trompé, elle est comme les autres* :


N’avez-vous donc pas lu ma lettre ma chère amie ? N’y avez donc vous pas vu mes attentions ?

Il ponctua cette phrase, d’un baiser volé sur la main de Skaïa et pour lui-même :
*Ne vous ai-je donc pas dit mot pour mot : ne permettez à quiconque d’obtenir un assez grand pouvoir sur l’être charmant que vous êtes. N’autorisez personne à avoir la capacité de vous démolir ainsi. Mais si personne ne m’écoute, si vous ne voulez voir que ce qui vous intéresse…je ne peux décidemment rien pour vous…*

Skaïa sourit, elle se souvenait parfaitement de cette lettre, elle connaissait déjà certains passages par cœur : Je ne pourrai décrire le sentiment qui m’envahit lorsque confiante vous vous endormîtes tout contre moi. Je ne saurais vous exprimer ce que je ressens en ce moment même vous voyant si paisible dans votre lit ...

Elle se rapprocha alors doucement de Rhomin, lui mordilla l’oreille et finit par poser ses lèvres sur les siennes. L’elfe accueillit Skaïa avec un sourire satisfait, et reprit de dégrafer sa robe là où il s’était arrêté.






Les jours passèrent, Skaïa ne reçut aucunes nouvelles de Rhomin. Elle ne s’en inquiéta pas, avec ses responsabilités il lui arrivait de ne pas avoir de temps à lui pendant plusieurs jours, voir plusieurs semaines.
Elle passait ses journées se promenant à travers le château, ornant son visage d’un un sourire un peu niais. Elle aimait se retrouver ainsi seule, laissant libre cours à son imagination. Souvent elle s’asseyait sous un arbre et fredonnait…elle chantait des airs entraînant de danse, ou d’autres plus prenant et plus oppressant.
C’est pendant l’un de ses moments privilégiés qu’elle reparla à son mari. Depuis le drame de l’autre fois, elle l’avait évité, s’enfermant quand il venait la voir, prenant ses repas à d’autres moments. Elle avait du quand même se résoudre au bon rôle de l’épouse et accepté à contre cœur son mari plusieurs fois dans son lit. Là elle ne pouvait de nouveau l’éviter, il l’attendait assise sur son banc, sous son arbre.
Elle s’arrêta à quelques mètres de lui avala sa salive et lui dit d’une voix froide :


Bonjour Reynac…quelle surprise de vous voir ici ? De là à ce qu’il en s’agisse d’une bonne…

Celui-ci leva la tête vers son épouse :

Je suis venue vous parlez Skaïa, l’heure est grave.

L’elfette réprima une moue de dégoût, fit un geste de main afin de témoigner de son manque d’intérêt pour ce qu’il allait lui dire.

Ainsi tu ne me pardonneras donc jamais ?

Skaïa lui rejeta un regard méprisant et lâcha d’un ton glacial :

Je ne t’en veux pas…t’en vouloir signifierai que je te portes de l’intérêt…Cela équivaudrait à qu’il y ait un avenir pour nous deux…

Elle partit d’un grand éclat de rire, renversant sa tête en arrière :

C’est pire que ça cher Reynac, je te méprise et ce qui t’arrive m’indiffère totalement. Te pardonner ? Allons ne sortons pas les grands mots…on ne pardonne qu’a ceux que l’on apprécie. On ne pardonne que dans un seul but…reconstruire autre chose…redonner une chance.
Cela n’est pas mon cas, tu ne comptes plus pour moi. Je ne te haie pas non plus, tu n’es pas digne de ma haine. Je ne vois pas pourquoi je m’encombrerai les esprits avec toi, autant penser à des choses agréables ou désagréables. Tu ne fais parti d’aucuns des deux…


Reynac se leva et s’approcha de son épouse :

On vous dit douce belle Skaïa, on vous dit tendre et gentille…On vous dit fragile et sensible…mais cela n’est qu’une façade. En réalité vous êtes aussi cruelle, aussi dur et aussi sans pitié que n’importe lequel d’entre nous…Cette cruauté fait parti de vous…et vous ne pouvez le niez…Tendre Skaïa qu’êtes vous donc devenue ?

L’elfette attrapa le bras de l’homme qui se tenait auprès d’elle, y planta ses ongles et dans un grincement de dents :

Demandez donc à l’enfant dont on vient de tuer ses parents d’aimer leur assassin, demandez à la femme qui meurt seule sans personne de porte un regard doux envers l’humanité. Pourquoi ne demandez vous pas non plus à la fille de joie qui doit gagner sa vie d’avoir un minimum de respect envers elle-même ? Pourquoi ne pas vouloir que ceux qui souffrent remercient leurs agresseurs ? Demandez à l’aveugle de comprendre les couleurs, et au sourd d’appréciez une mélodie.
Qu’espériez vous donc Reynac… ? La gentillesse ne dure pas éternellement…. Etre tendre ? Dans quel intérêt ?le sien ou celui d’un autre ? Être douce dans l’attente de qui ? De quoi ? D’un abus ?
La douceur, comme la gentillesse, a ses limites…ensuite cela s’appelle de la naïveté, de la stupidité.


Reynac ne se laissa pas démobiliser par le discours de son épouse, de sa main valide il lui caressa le visage, sourit tristement :

Ainsi belle Skaïa, le petit être doux et sensible que l’on m’avait offert, se révèle plus agressive et dur que je ne puis l’être. Je regrette jeune fille, que la vie vous ait transformé ainsi.
Du chaton que vous étiez, voici maintenant le pire des chats sauvage…


Il posa un regard tendre et déçu sur son épouse…Celle-ci laissait paraître quelques signes d’énervements.

Rassurez vous Skaïa je ne vous ennuierai pas plus longtemps j’étais venue vous annoncez mon départ…et celui de mes compagnons. Nous partons pour une guerre qui risque de s’avérer plus meurtrière que d’habitude…Vous aurez le loisir d’être tranquille…tous partent…seul deux servantes restent avec vous.

Il enleva doucement les ongles de l’elfette qui lui déchiraient le bras, et annonça sans un sanglot dans la voix :

Je vous vois peut-être pour la dernière fois, je vous vois dure et amer…Je vous vois triste et rancunière. Jamais je n’aurai voulu que vous soyez ainsi.

Il pose la main sur le ventre de Skaïa :

Peut être est ce une bonne chose qu’il ne soit plus là. Que serait devenu un enfant avec une telle mère ?

Il enleva celle-ci, tourna les talons et retourna vers le château. Skaïa resta sans voix puis s’assit sur son banc maintenant libre. Elle soupira : elle se sentait vide et triste.

Revenir en haut Aller en bas
Skaia
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 25
Date d'inscription : 05/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Dim 10 Sep - 0:13

************************************************************


Skaïa s’était arrêtée à cet endroit de son récit, elle regardait la douce Elyra : assise au pied de l’arbre, elle caressait la louve et avait ses deux yeux fixés sur l’undead. Ceux-ci étaient d’un doré magnifique. La pupille centrale n’était pas noire mais marron, un marron chocolat qui s’alliait avec la multitude de petites tâches ébènes parcourant le doré de l’iris. On aurait deux ambres entourées de cils longs et épais. Ils étaient chaleureux, bienveillants et affectueux :


Vos yeux sont magnifiques…Ils me rappellent ceux de Rhomin…Mais vous en êtes cent fois plus digne…

Ce furent les premiers mots teintés de tendresse que la timide undead adressa à Elyra. Sa manière était certes maladroite et hésitante, mais l’elfette sentit tout l’effort qu’il y avait derrière. Elle répondit donc d’une voix douce et gentille :

Je vous remercie belle Skaïa, que le compliment vienne de vous me touche d’autant plus. Je ne vois malheureusement pas vos yeux à cette distance et ne peux vous retourner le compliment.

Elyra mentait, et Skaïa le savait bien. Si elle pouvait voir les yeux de l’elfette, celle-ci pouvait voir les siens. Elle descendit quand même de son arbre et vient s’asseoir en face d’Elyra.
La nuit commençait à tomber, Elyra frissonnait. Skaïa enleva une des épaisseurs qu’elle avait sur le dos et la mit sur celui de l’elfette.
D’une voix bougonne elle s’adressa à elle :


Reviens... vais chercher du bois pour faire du feu…

Lorsqu’elle revint elle trouva Elyra à la même place. Elle fut surprise, en effet elle pensait que L’elfette aurait profité de ce moment pour s’en aller…Elle haussa un sourcil, ainsi lorsqu’Elle parlait d’amitié…ce n’était pas des paroles en l’air pour sauver sa peau…
Une chaleur immense envahit l’undeadette, une sorte de flamme qui lui venait du ventre et remontait le long de son buste, puis de ses épaules. Et pour la première fois depuis longtemps elle sourit, pas un sourire de satisfaction ou un sourire sadique. Mais un vrai sourire, un sourire de joie, celui que l’on fait à un ami justement…
Elle lui demanda alors :


Vous a-t’on jamais dit que vous feriez une mauvaise mère ?

Elyra fut surprise de cette question, elle réfléchit, se plongeant dans ses souvenirs. Elle retint ses larmes, elle ne voulait pas pleurer devant Skaïa, elle ne voulait pas montrer à celle-ci son manque de délicatesse. La blessure était trop récente et l’undead venait d’appuyer dessus fortement. Elle répondit d’une voix teintée de sanglots :

Non. A vrai dire, nous n’avions que rarement évoqué l’éventualité même que je sois mère. Et la seule qui eut pu douter de ma disposition à l’être, et bien c’est moi-même.

Skaïa ne s’aperçut pas de sa bêtise, il y avait trop longtemps qu’elle avait oublié ce que le mot ménagement signifiait. Elle continua sur sa lancée :

Il existe deux sortes de mère…Celles qui, démolies par cette phrase, ne voudront plus jamais avoir d’enfants, et les autres qui voudront à l’inverse prouver a celui qui a osé dire ça qu’il se trompe. Oser supposer que je pouvais être une mauvaise mère représentait pour moi quelque chose de pire qu’une insulte. Toute femme désire à un moment ou un autre être mère, rejeter cette maternité c’est rejeter la féminité de l’être…
Lorsque mon mari,
elle ne put réprimer une mine de dégoût, a prononcé ces mots, il ignorait le trajet qu’ils feraient dans ma tête. En effet, et personne ne le savait, mais au moment où cela a été dit, j’étais de nouveau enceinte…et pas de lui…de quelqu’un au regard doré, doux comme du miel…Mais hargneux comme le feu…

Revenir en haut Aller en bas
Selenza
Marraine des Vampiros
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1406
Age : 25
Localisation : Aux cotes de son epoux
Clan : [Vamps]
Race : Guerisseuse
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Mar 30 Jan - 14:32

tout simplement maginfique !!!!
ya une suite ?
Revenir en haut Aller en bas
Elyra
Invité/e
avatar

Nombre de messages : 205
Date d'inscription : 08/05/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Mar 30 Jan - 18:42

oui, il y en a une...
mais elle ne l'a jamais postée.
je lui demanderai l'autorisation de le faire à sa place ^^
c'est dommage de laisser l'histoire ainsi
Revenir en haut Aller en bas
Selenza
Marraine des Vampiros
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1406
Age : 25
Localisation : Aux cotes de son epoux
Clan : [Vamps]
Race : Guerisseuse
Date d'inscription : 16/07/2006

MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   Mer 31 Jan - 8:59

Oui c'est vrai en plsu cette histoire est vriament magnifique !!!
Bravo a vous deux
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Skaïa, rencontre d'Elyra puis... les Vamps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'est l'histoire d'un mec graphiste et puis voilà x) Luffy's graph'.
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cabaret Noir :: En Piste ! :: Sur les Planches !-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit