Le Cabaret Noir

Antre des Vamps
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trucid
PotinTeur de L'extrême
avatar

Masculin
Nombre de messages : 986
Age : 27
Localisation : Grenoble :P
Clan : Vamps
Race : Vampire
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   Mar 26 Juin - 12:55

Bon, et bien...Étant donné le plaisir qu'on a pris à écrire ce petit RP, et à le lire, on tient à le faire partager à tous les visiteurs du forum, et même, avoir quelques commentaires, histoire de flatter notre égo... :lol:

___

Encore des combats...Une place forte en plein forêt où se trouvaient plusieurs vamps, et d'autres alliés. Le jeune Undead, hallebarde en main, était adossé à un morceau de pierre, formant un ensemble de ruines, qui devait appartenir à un ancien bastion perdu au milieu des bois. Les allianceux attaquaient depuis plusieurs heures l'endroit, à l'aide de sorts et de lames. Les cris guerriers, les hurlements de douleur, les pleurs d'agonie, le silence de la mort, voilà tout ce qui parvenait aux oreilles de Trucid en cet après-midi de soleil. Il se releva, attend pour voir Saskia, une jeune Vamp, aux prises avec un ennemi apparemment plus puissant qu'elle. Il se précipita pour lui prêter main forte, mais fut stopper par un cheval, qui se dirigeait à grande vitesse vers lui. Il ne put l'éviter, et la monture le faucha de plein fouet, en continuant sa route.

Il s'écrasa au sol quelques mètres plus loin, toujours en tenant son arme fermement. Il secoua la tête et se releva, quelque peu sonné. Un adversaire s'approcha de lui. Il avait vu toute la scène, et se disait sûrement qu'il serait facile de finir le jeune Vampire. Mais Trucid n'avait pas dit son dernier mot. Malgré l'abilité de son opposant, qui maniait une hache gigantesque, il arrivait à le tenir à distance respectable grâce à la hallebarde légère qu'il portait. La vitesse serait son atout dans ce combat.

Il se pencha en avant, et attendit quelques secondes. Son adversaire le chargea. Il bondit vers la droite, laissant sa lame légèrement en retrait par rapport à son corps. Il se retrouva derrière l'allianceux en peu de temps, et tendit les deux bras, faisant tournoyer sa hallebarde, frappant son ennemi au niveau de la cuisse. Mais Trucid avait sous-estimé la puissance de la hache. Celle-ci rencontra bientôt son torse, lui coupant le souffle. L'armure avait empêché que l'arme ne tranche la chair, mais elle ne tiendrait pas longtemps.

Il toussa deux fois. Énervé, il réussit à repousse d'un coup de pied son adversaire, qui s'intéressa finalement à un autre hordeux. L'Undead tourna la tête, à temps pour voir Saskia quitter l'endroit à cause de ces blessures. Il sourit. Finalement, les Vamps ne connaitrait pas de perte aujourd'hui.

Le temps sembla s'arrêter pendant quelques secondes. Un éclair blanc, une sensation de froid intense...Les yeux de l'Undead se baissèrent sur sa poitrine. Le métal des trois lames d'une griffe ressortait de son ventre. Un liquide rouge, son sang, s'écoulait à gros bouillons sur le sol. Il se demanda un instant ce qui lui arrivait. Il avait déjà connu beaucoup de blessures de combats, mais jamais une comme celle-ci. Si brève, arrivée si vite. La griffe disparut, laissant place à trois trous béants.

Il releva la tête, et aperçut plus loin les autres Vamps, en sécurité avec plusieurs dizaines de troupes alliées. Il tendit la main, et commença à marcher, lentement, machinalement, sans souffrance aucune. Ses yeux se brouillèrent, et il ressentit une caresse dans son dos, puis une autre.

L'allianceux aux griffes avait un sourire carnassier accroché au visage. Apparemment, cet raclure Undead voulait rejoindre ses compagnons. Il éclata de rire, et trancha avec son arme le dos de son adversaire, deux fois. Celui-ci ne tuerait plus aujourd'hui, le monde n'était plus souillé par cette âme vil. Lorsque le jeune Vampire bascula en avant et tomba face contre terre au sol, l'allianceux s'approcha, et lui donna un dernier coup de pied avant de s'en aller.

Trucid ferma les yeux. Ne pensant à rien, il sentit la vie, ou plutôt, la conscience qui lui restait, s'échapper de son corps, comme cela, sans une pensée, sans un remord, sans une idée...


___

Saskia avait été rattrapée par les ennemis qui avaient vaincus le pauvre Chaos. Elle n'avait plus beaucoup d'énergie et ne pouvait donc pas utiliser correctement ses sorts, malheureusement pour elle. Elle se mit en garde et finalement, ses techniques de corps à corps se révélèrent assez inefficaces contre 3 ennemis à la fois, même si les 2 autres, magiciens, restaient en retrait. Elle se fit sévèrement blessé et tenta une fuite, qu’elle réussit en se dirigeant vers le front. Elle revint sur ses pas, faisant un petit détour et vit un vampire allongé par terre et salement amoché, qu'elle reconnut, c'était Trucid. Il était en train de mourir, elle ne pouvait rien faire pour cela, mais elle pouvait au moins refermer ses blessures quand il réintègrerai son corps. Elle ne pouvait pas s'attarder car Chaos était toujours dans la forêt, mort lui aussi. Elle retourna le corps et le tira à l'écart, histoire qu'on ne l'écrase pas.

Désolée de te laisser comme ça, mais je n'ai pas assez de temps devant moi pour rester.. murmura-t-elle.

Et elle s'en alla, un peu à regret. Elle commencait à partir quand elle s'arrêta tout à coup, comme si elle avait oublié quelque chose et elle se retourna.


* Hum il est pas mal lui aussi, évidemment il est loin d'égaler Chaos mais bon .. *

Elle sourit et partit en courant direction la forêt.

___

Abeo avait décidé de sortir du camp après la légère altercation qu'elle avait eu avec un marchand une heure plus tôt.Après avoir marché durant plusieurs heures sous un soleil assassin, Abeo apperçut un nuage noir, une nuée de corbeaux qui dansaient dans les airs, tournant tous dans le même sens.Elle grimpa sur un arbre cacliné afin de voir ce qui pouvait attirer les oiseaux de malheursà les en rendre dingue d'impatience.Elle vit alors au loin ce qui lui sembla être deux armées s'affrontant.Elle avait donc trouvé la raison de ce bal aérien improvisé, mais aussi et surtout son occupation à venir.

"Enfin un peu de sang, voici la récompense offerte à une pauvre vampire qui est restée à se reposer au campement !C'est mon jour de fortune aujourd'hui hahaha"

Après ces quelques paroles, la vampire à la seconde peau de tissu noir accéléra la cadence et, après quelques minutes de coursse, fut suffisament proche pour percevoir les bruits de masses fracassant des boucliers et armures.Elle apperçut alors non loin d'elle Saskia qui semblait se retirer de cette bataille, partant en direction d'une forêt étrangement intouchée par les affrontements.Elle songea à rejoindre Saskia mais changea rapidement d'avis en voyant un vampire allongé par terre, une hallebarde plantée près de cette armure ambulente.Elle s'en approcha afin de diagnostiquer et déterminer l'étendue des dégats lorsqu'elle se rendit compte que le blessé n'était autre que...Trucid.Prise de panique, elle crut que le chevalier était mort et se mit à frapper frénétiquement la carapace de métal, s'écorchant au passage le poignet droit.Elle fut vite ramener à la réalité au moment où elle etendit tousser le corps inanimé.Il recracha du sang, et, en observant bien, Abeo remarqua qu'il venait d'être soigné, en effet, en regardant à traver d'un de trois orifices sur la plaque de fer qui servait d'armure à Trucid, elle put ne pt y vior la moindre blessure, or, Trucid était allongé dans un bain de sang.

"Mince ! Je suis désolée Trucid de t'avoir frappé, euh, tu me pardones ?T'es en forme pour parler ?Arf je me remets à poser trop de question, surtout que tu n'es peut-être pas en mesure de parler.Bon alors je vais faire court.Tu la fermes, tu abandones ton équipement qui ne fait que t'allourdir ici, et je te porte sur mon dos...et fiente tu commences à bruler à cause de ce soleil de malheur.Bon allez on va faire vite mon mignon.Une fois reposés à l'ombre d'un arbre, je te passerai un peu de sang pour que tu reprennes et pour que tu dormes aussi.Allez fais confiance à une femme, je suis en forme moi."

Abeo, qui était toujours aussi paniquée bien que Trucid était vivant, enleva son long tissu qu'elle utilisa pour recouvrir le corps du chevalier vampire à qui elle avait préalablement oter les plaques de métal qui lui protégeaient le corps du soleil.Elle dévoila alors sa réelle silhouette, que Trucid ne put voir du fait qu'elle l'avait recouvert de cette couverture opaque, elle l'avait même bayonné pour éviter de l'entendre exiger qu'elle le repose.Trucid ne pouvait donc qu'utilisait ses oreilles, chose qui ne lui convenait pas car il pouvait très nettement entendre la peau d'Abeo souffrir des rayons du soleil.Puis après quelques secondes, il crut voler, et fut victime de grosses secousses.Abeo avait le vampire sur le dos dont le poids ne lui était pas indifférent.Elle se dépécha donc de trouver le lieu propice où ils seraient au coi.Chose qu'elle eut la chance de trouver non loin de là: trois arbres qui dessinaient un triangle et qui n'avaient presque pas souffert des sorts destructeurs des mages.Elle déposa alors Trucid, lui enlevant sa couverture qu'elle se remit directement autour du corps.Elle approcha sa main écorchée du visage de Trucid, effleura légèrement sa joue gauche, lui enlevant une sauterelles qui s'y était posée, et lui enleva enfin le morceau de chiffon qu'elle avait placé dans la bouche du blessé.Elle lui adressa alors la parole, lui tendant son bras droit sous le nez:

"Tiens, un peu de sang pour que tu te remettes.J'ai pas pensé à prendre des fioles, mais en attendant, t'as toujours la possibilité de boire mon sang, je me suis écorchée toute à l'heure sur toi donc, bah enfin, ça y est je reparle trop.Enfin voilà, bois si tu veux mon sang..."

Elle attendit et espèra que Trucid lui réponse.Elle le fixait dans les yeux, remuant sa langue contre ses dents à la vue de son sang.

___

Kof...Kof...La mort est douloureuse. Surtout lorsqu'on la vit une deuxième fois.

Trucid ne pouvait plus bouger. Malgré les efforts que son esprit tentait de faire, malgré la douleur qui l'empêchait presque de rester conscient, malgré les soins prodigués par Saskia, malgré toute son envie de rester dans ce monde, il n'y pouvait rien. Ses yeux demeuraient fermés, tout comme ses lèvres demeuraient scellées, tout comme ses membres demeuraient inertes, seule une petite voix, au fin fond de son âme, éclairait cette esprit brumeux de sa lumière bénéfique. Cette petite voix, qui lui disait de lutter, de ne pas sombrer, pour ne pas laisser derrière lui les gens qu'il aimait, le clan, Lady...Lady...Cette seule pensée ressurgit des tréfonds de sa raison, l'obligeant à essayer de se relever, l'obligeant à ne pas laisser s'éteindre cette étincelle de vie qui aidait son intellect, sa réflexion, son entendement, à ne pas disparaître à jamais.

Et il s'éveilla. Ou, tout du moins, il eut conscience d'être là, d'être sur ce champ de bataille, d'être blessé. Même s'il ne pouvait toujours pas bouger, si la douleur le tenaillait constamment, il entendait ce qui se passait autour. C'est ainsi qu'il décela l'approche de quelqu'un. Un allié? Sûrement, il aurait déjà été achevé dans le cas contraire. Qui cela pouvait-il bien être? Plusieurs piques semblèrent se planter dans son corps, puis, une voix se mit à parler très rapidement, tenant un petit discours à l'inconscient. Bien sûr...Abeo...Si ces muscles n'étaient pas tétanisés, il aurait sourit.

Elle le souleva, tout en l'ayant auparavant recouvert d'un tissu pour le protéger du soleil. Il ne ressentit que souffrance et tourment durant le temps où elle l'emmena à l'abri. Comme si la mort avait décidé de l'écarteler avant de le faire rejoindre son royaume, comme si les allianceux l'avait capturé et roué de coups de fouet, comme si toute l'affliction dont la nature et le monde souffraient s'était retrouvée à torturer l'Undead blessé.

Puis, tout s'arrêta. Il transpirait, à présent. Cause de la chaleur ou du supplice? Il ne le savait...Toujours est-il qu'à présent, son corps réagissait au moins aux événements extérieurs. Il put même ouvrir les yeux et dessérer les lèvres. Il écouta Abeo, avant d'essayer de lui répondre, d'une voix faible, presque murmurante:


"- Abeo...Seul le repos me permettra de retrouver la forme...Garde ton sang, je ne supporterais pas de boire l'un de mes camarades Vampires..."

Il avait parlé d'une traite, et dut reprendre son souffle pendant plusieurs minutes. Il essaya tant bien que mal de froncer les sourcils.

"- Tu...devrais cesser...de prendre ces risques inconsidérés pour moi..."

Il parlait à présent par saccades, et même si la jeune femme l'empêchait de continuer, il voulait aller au bout de son discours.

"- Abeo...Je suis vraiment désolé...Qu'il n'y ait pas de place pour toi dans mon coeur...Si ce n'est...En tant qu'amie..."

Et il réussit à étirer sa bouche en un sourire, un sourire mélangeant tristesse, sincérité, et innocence.
Revenir en haut Aller en bas
Trucid
PotinTeur de L'extrême
avatar

Masculin
Nombre de messages : 986
Age : 27
Localisation : Grenoble :P
Clan : Vamps
Race : Vampire
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Re: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   Mar 26 Juin - 12:57

___

La panique d'Abeo se dissipa en entendant les paroles de Trucid.Il s'emblait être sorti d'un gouffre, de grosses gouttes de sueurs perlaient en effet sur toute sa peau.Ses yeux plongés dans le vide laissaient à croire que Trucid avait, comme il le demandait, besoin de beaucoup de repos.Abeo partit alors en reconnaissance, afin d'observer ce lieu et le désert qui entourait ce lieu.Elle fit vite, lors de cette petite ronde elle trouva un humain mort, non pas de blessures, bien qu'il avait été gravement tranché, mais mort de chaud.C'était une journée très chaude, Abeo commença à ressentir la soif.Elle transporta le corps de l'humain décédé près de Trucid, qui ne voulait semble-t-il pas s'endormir bien qu'il le désirait.Abeo avait compris pourquoi il refusait de récupérer, en se répétant ce qu'il lui avait dit.

"Idiot !Tu penses que j'ai risqué ma peau pour toi ?Il n'y avait personne, sauf toi, en train de mourrir, prêt à te faire dévorer par les charognards.Et puis, un membre du clan Vamp doit être prêt à tout pour ses camarades.Tu devrais le savoir mieux que moi."

Abeo se mit à éclater de rire en se rappelant ce que le chevalier lui avait dit d'autre.Ne pas être dans son coeur n'importait plus à la vampire, elle l'avait bien compris, et cela l'arrangeait en fin de compte.L'amour était en effet pour elle un sentiment de faiblesse, qui ne servait de prétexte à vivre qu'aux faibles qui n'était pas assez ambitieux pour voler de leurs propres ailes à la rechercher du fruit tant désiré.On ne porte effet pas les moineaux à aller chiper des cerises, tant convoitées et protégées par les Hommes.Abeo ricanna se disant que son exemple était ridicule, et reprit la parole d'une voix sûre, comme si en l'espace de quelques jours quelquechose avait changé en elle.

"Que je suis bête de te laisser croire que je désire t'appartenir...oui je ne souhaitais que cela dès lors que je t'ai rencontré, que tu éprouves des sentiments à mon égard.Mais à quoi bon ?Cela n'a provoqué qu'un déréglage psycologique en moi...je n'ai que faire d'avoir un amour, je n'ai que faire d'être désirée.Bref, je t'expliquerai un autre jour mon opinion au sujet de l'affection et de tous ces faibles sentiments.Tu m'as aidée, je t'en suis reconnaissante, pour cela que je t'ai aidé, et je ne dis pas t'avoir sauvé car sembles ne pas être tiré d'affaire pour l'instant.Je vais te laisser prendre congé, et je veux que tu dormes, je veux pouvoir entendre une respiration paisible.Je veux pouvoir me dire que tu es entrain de rêver...alors rêve, mais seulement après que tu aies vidé cet être de son sang, et complètement."

Abeo se retourna et se dirigea vers un des trois arbres, le plus haut où il s'y trouvait le plus grand nombre de branches et de feuilles.Elle tourna la tête, avouant à Trucid, qui na'avait pas ouvert la bouche depuis son aveux quant à la non-place d'Abeo dans son coeur.

"Je suis désolé de vous avouer cela sire, mais, je n'éprouve plus le moindre sentiment pour vous, je pense que j'ai finalement bien été faite pour vivre et survivre seule comme je l'avais toujours pensé en tant que batarde d'humaine.Reposez vous, je vais guetter du haut de cet arbre, tapie dans l'ombre.Faites de beaux rêves...elle vous reviendra vite...votre vampire, j'en suis sûre."

Abeo sauta ensuite de branches en branches trouvant refuge, loin de cette poussière au parfum de décomposition de chair, en haut du chêne.Elle entendat le blessé murmurer qu'elle avait pris soin d'installer le plusconfortablement, en lui aynt finalement laissé cette épaisse couverture de tissu, utilisée comme matelas.De plus, elle avait sorti de son sac de voyageur une multitude d'objets qui empecheraient ce sac d'être utilisé comme coussin.Elle y laissa alors tout son linge sauf une petite serviette qu'elle avait laissée sur le torse du chevalier au cas où celui ci venait à ne plus supporter le poids de ses gouttes de sueur.Abeo regardait désormais au loin, tournant régulièrement la tête, dans l'optique de ne pas être prise à revers stupidement.Elle planta alors les deux lames qu'elle avait gardées à coté d'elle dans le tronc.Elle s'assit, lassée d'être accroupie, attendant que Trucid se réveille, remis de ses blessures, cette fois, Abeo ne s'endormirait pas.

___

Elle s'en alla en reconnaissance, laissant le jeune guerrier seul. Ce dernier, savait qu'il lui faudrait du repos pour se remettre entièrement de ses blessures, qui étaient très sévères. Il se laissa aller, et posa sa tête sur la pierre qui le portait. La soif, la douleur, la chaleur, et une étrange interrogation, qui faisait à présent son chemin dans son esprit, l'empêchèrent de sombrer aux pays des songes. Il fronça les sourcils, geste qu'il pouvait faire facilement maintenant, car son corps réagissait de mieux en mieux aux stimulations de ses envies. Mais il se surestima. Il tenta, sans réfléchir, de basculer sur le flanc pour pouvoir prendre une position plus confortable. Grand mal lui en fit. L'effet inverse se produisit. Un cri sortit de sa gorge, un cri de souffrance, sans qu'il ne puisse le contrôler. Des milliers de lames venaient de lui trancher les muscles de ses membres. Il retomba sur le rocher, et, malgré que son corps ne se soit soulever que d'un centimètre, la chute lui arracha un deuxième grognement. Il laissa une nouvelle fois sa tête se déposer contre la pierre, et ferma les yeux. La sueur était revenu, et même si l'effort qu'il venait de faire pourrait paraître dérisoire à un observateur extérieur, le jeune Vampire était exténué.

Étant donné que son corps était à présent dans l'incapacité de lui obéir sans le faire souffrir, il décida de faire marcher son cerveau à plein régime. Quelque chose le dérangeait. Dans son comportement, même s'il ne saurait le dire à cent pour cent. Il se repassa mentalement les derniers événements, depuis son combat contre l'allianceux griffu. Il comprit dès l'instant où il se remémora les paroles qu'il avait dit à Abeo. Un imbécile. Il était un vrai imbécile. Imbu de sa personne. Vraiment...En y repensant, il se rendit compte qu'il n'était finalement qu'un égocentrique qui ne pensait qu'à sa petite personne. Même le ton qu'il utilisait pour parler ou sa manière de tourner les phrases le montrait. Cette soudaine prise de conscience le subjugea. Il était dur avec lui-même. Même s'il était vrai que tout ce qu'il avait noté se vérifiait, il fallait qu'il soit plus indulgent. Après tout, il était comme cela, depuis toujours...Ou, plutôt, depuis qu'il était devenu un Vampire. Peut-être un défaut de la "race"?

Puis, Abeo revint. Elle commença à lui parler. Plus elle exposait ses idées, plus il avait honte, et était gêné par rapport à ses précédentes paroles. Il avait voulu jouer, inconsciemment, au grand chevalier servant. Stupide idée. Il avait voulu passer, inconsciemment, pour un "martyr". Stupide idée. C'était toujours comme cela, avec Trucid. Toujours entier, jamais modéré. Blanc, noir, bien, mal, mais rien au milieu. Soit faible, miséreux, presque..."minable", soit grand, fort, fier. Pas de juste mesure entre ses adjectifs, juste des mélanges. Ainsi, blessé, devant Abeo, il avait voulu paraître "grandiose", alors qu'il était faible. Stupide idée. Il avait honte de lui, c'était simple. La fin des paroles de la jeune Undeade mit fin à ses réflexions, ses yeux se fermèrent contre sa volonté. Il aurait souhaité répondre, mais impossible. La fatigue dut à la douleur qui persistait l'avait achevé. Mais il s'endormit avec le sourire, la dernière phrase d'Abeo en tête ayant chassé tous ses doutes...

Elle était si belle. Si élégante, si gracieuse...Et encore, ces mots étaient bien faibles, par rapport à la réalité. Il pouvait lui trouver toutes les qualités du monde. Il la voyait, devant lui, soleil éclairant sa vie sans le brûler, astre du jour rayonnant dans ses nuits. Son nom même reflétant sa parfaite féminité...Lady...Il l'aimait, maintenant, et à jamais. Il ouvrit les yeux.

Tout lui revint en mémoire d'un bloc. Les différents discours d'Abeo, les dernières heures. Il regarda la jeune femme, qui s'était rapproché en le voyant réveillé. Il fronça les sourcils, et, même si le court sommeil dont il avait bénéficié l'avait remis un peu en forme, il eut du mal à donner à sa voix le ton cassant qu'il avait envie d'employer:

"-
Abeo...Ne dis plus jamais devant moi que l'amour et l'affection sont de faibles sentiments..."

Il se redressa, et malgré les nouvelles douleurs que cela causait, resta dans cette position, pour montrer à la jeune Vampire qu'elle avait dit quelque chose qu'il ne fallait pas. Il continua de parler, haussant légèrement le ton de sa voix:

"-
...Je suis mort à cause de l'amour que je portais à une femme disparue, et la lumière est revenue après ma mort grâce à l'amour que je porte à ma femme, et grâce à l'amour qu'elle me porte. Si je suis là aujourd'hui, c'est grâce à ses "faibles sentiments". Sans eux, que reste-t-il ici-bas? La guerre? La haine? L'orgueil? Écoute autour de nous! Qu'entends-tu? Les cris d'agonie des blessés des deux camps! Les tintements de lames qui s'entrechoquent! Les hurlements des guerriers voyant leurs camarades périrent froidement et anonymement sur un champ de bataille qui sera oublié d'ici quelques centaines d'années! Seuls ceux qui vivent plus longtemps que cela s'en souviendront! Et que leur restera-t-il? Le bonheur d'avoir gagné une ancienne guerre ou le déshonneur de l'avoir perdu! Et chaque vie gaspillée ici sera oubliée.

Mon choix est fait. Entre l'amour, "les faibles sentiments" ou la haine, et l'oubli, mon choix est fait...
"

Il retomba sur le dos, respirant fortement pour reprendre son souffle. Il avait dit à Abeo le fond de sa pensée. Malgré cela, même s'il devait s'avouer que, quelque fois, la soif de combat l'appelait sur la zone de bataille, il pourrait l'oublier pour l'amour. Encore une conséquence de son caractère entier. Soit l'un, soit l'autre. Il ferma les yeux, le fait de s'être redressé l'ayant torturé plus que la prononciation difficile de son monologue. Mais il ne voulait pas paraître tout de même ingrat aux yeux d'Abeo, il tourna la tête vers elle:

"-
Merci de m'avoir aidé."

*Et cela m'enlève un poids que tu ne ressentes rien pour moi...*
Revenir en haut Aller en bas
Trucid
PotinTeur de L'extrême
avatar

Masculin
Nombre de messages : 986
Age : 27
Localisation : Grenoble :P
Clan : Vamps
Race : Vampire
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Re: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   Mar 26 Juin - 12:58

___

Les yeux de Trucid regardaient ceux d'Abeo, des yeux qui reflaitaient la gravité de l'état de Trucid...La vampire ne voulut répondre aux paroles du chevalier, elle avait peur de le blesser, alors qu'il venait à peine de sortir des souffrances les plus terribles imaginables.Non, elle ne pouvait même pas imaginer les douleurs qui avaient assailler le vampire, elle l'observa un instant, le temps que ses paupières, aussi lourdes qu'elles devaient être, se referment.Elle retourna sur son perchoir où elle se mit à repenser aux mots prononcés de Trucid.Elle concluait à chaque fois sur le même fait, l'amour fait souffrir et ceux qui souffrent intérieurement sont faibles.Elle avait été faible elle aussi, et en se remémorant cela elle se tin le coup la où elle s'était tranchée la jugulaire.Elle ne sentait plus la douleur que lui avait causée sa lame, mais elle se rappela l'attrocité de ses pensées qui l'avaient menées à cet acte.L'amour, la honte, la rancoeur, tout un tas de choses qu'elle ne comprenait plus, elle ne vivait plus que pour tuer, boire et finalement survivre, elle tenait pas à la vie mais ne tenait pas non plus à la mort.Elle décida d'arrêter de penser en voyant le soleil qui daignait enfin se retirer du paysage.Elle vit alors toute la vie diurne fuir et se cacher, la preuve en était faite par un papillon qui dansait tout autour d'elle.

"Bonjour petit papillon.Comme tu es coloré !Tu dois être une femelle pour être si joli, un mâle ne peut pas être beau, il doit pouvoir se défendre, n'est ce pas ?Qu'en penses-tu petite chose qui fascine les plus grands ?"

Au moment où les doigts de la vampire approchèrent de trop près l'insecte posé sur le tronc de l'arbre, celui-ci déploya les ailes laissant place à deux taches noires deux forme ovale, sur un fond marron, et contenant à l'intérieur de chaucne d'elles un cercle d'une couleur rouge si vive que la dame des ombres en fut flashée.Une créature si petite et pourtant si élégante utilisait une technique de défense pas moins gracieuse qu'elle-même: des couleurs, des formes, une harmonie...tout cela pour laisser place à la terreur dans les yeux de l'attaquant.Abeo en était fascinée, même la plus insignifiante des choses semblait connaître le mot "Art", utilisé ici pour tromper l'adversaire, non pas pour l'attaquer et le blesser mais plutôt pour distraire et divertir même.La vampire retira ses doigts, et resta admirative sur le papillon qui reprit son envol.Il volait si bien, si aisément, il avait l'air d'être heureux à s'amuser aisnir dans le souffle du vent, si joyeux, si vivant...

"Qu'est ce...QUE ?"

Abeo faillit tomber par terre et c'est grâce à un réflex qu'elle se rattrappa à la branche sur laquelle elle s'était installée.Que s'était-il passé ?Le papillon avait disparu de sa vue.Elle baissa alors les yeux, une fois remontée sur son perchoir, et vit l'horreur: une peinture si naturellement faite, si parfaite, si paisible...avait été tranchée en deux, sous les yeux de la vampire sans qu'elle ne s'en apperçoive.Les deux ailes flottaient dans les airs, et, comme si le vent se vengeait du papillon qui se moquait du souffle de l'air en nageant à contre courrant, celui-ci le poussait avec violence et le baladait entre les arbres.Les deux membres plus légers qu'une plume étaient dirigés et se frayaient un passage entre les feuilles tombées des arbres.C'était un bal assez plaisant à voir pour les yeux gris de la jeune vampire, un jet de feuilles lévitant dans les airs pour arriver au centre du triangle formé par les trois arbres, formant à cet endroit une colone semblant monter au paradis, comme si en réalité, le vent ne se moquait pas du papillon décédé, mais lui rendait plutôt hommage en voulant l'accompagner jusqu'aux cieux.Abeo avait perdu de vue le papillon découpé en deux, mais suivait toujours du regard cette ascencion qui ne désirait semble-t-il pas s'arréter.Elle revint vite à la réalité, cherchant à savoir qui avait pu causer une telle chose, une telle horreur, un affront à l'égard de la nature.Elle n'était pas attacher à la vie ni aux créations de celle-ci, mais tout ce qui touchait son coté artistique était différent, elle avait beau haïr l'existence même, elle ne pouvait resister à une esquisse offerte par une goute d'eau.Elle se mit alors à tourner la tête frénétiquement, tout était frénétique chez elle, comme il y a quelques heures où elle s'était mise à frapper sur le torse Trucid qu'elle avait cru mort.Etait-elle paniquée ?Pour un simple papiloon ?Elle se posa cette question mais la survola cherchant à découvrir qui était le meurtrier, l'assassin, le criminel.Ses yeux se baladèernt un peu partout jusqu'au moment où elle entedit un petit bruit, discret, mais qui semblait l'appeler:

"Miaaaw !
QUI VA...là ???
Miaw ?"


Un chat...un chat dot elle n'avait pas senti la présence se dressait en face d'Abeo, sur une autre branche, un chat qui semblait l'avoir observé tout le temps où elle était assise sur cette branche, un chat...c'etait un chat qui avait tué ce pauvre et innocent petit papillon.Mais pourquoi ?Tout simplement pour jouer voyons, c'était un chat, que demande-t-on à cettecréature de compagnie mise à part manger, dormir, ronronner et...jouer !Le vil qui avait brulait le chef d'oeuvre s'étant présenté à Abeo n'était...qu'un chat ?Abeo sortit une lame qu'elle tint d'une main droite vengeresse, tombant droit prêt à trancher le coup du chat quand tout à coup...elle s'arrêta net, stopée dans sa course, elle regarda le chat, en rangeant lentement son arme et lui demandant:

"Petit chat !Comment as tu fait pour trancher ce pauvre petit insecte sans que je ne puisse le protéger ?
Miaaaaaaw ?Miaw !"


Comme si le chat avait compris les paroles de la vampire, celui ci lui avait répondu, et, en guise de réponse qu'elle pourrait comprendre, la créature leva la patte pour se la lécher, laissant ressortir ses griffes.Ceci ne suffisait pas à Abeo pour comprendre que ce chat avait pris de vitesse le sens visuel extraordinaire que possédent les vampires.Elle resta alors bouchet grande ouverte, devant ce chat qui se faisait la toilette, qui semblait ne pas se soucier de la présence de la belle.Ce chat...tout vêtu d'un manteau noir et dont seuls les yeux pouvaient être distingués dans l'obscurité, des yeux d'une couleur bleue claire, un bleu qui était en même temps doncé, selon l'incidence de la lumière sur ces deux orifices sensoriels, un bleu qui pouvait donc devenir aussi sombre que les profondeurs océaniques, des yeux extraordinaires que possédait ce petit chat.Il n'avait rien d'exceptionel, c'était un chat après tout, un chat noir aux yeux originals, il avait des griffes, et des crocs...deux canines...longues, on pouvait les entrappercevoir, dépassant très légèrement de sa gueule.Le chat s'était approché, une fois ses soins terminés, d'Abeo, montant sur ses jambes, plantant ses griffes et se mettant à ronronner.La vampire rala mais cela ne semblait pas suffir à effrayer le chat, qui était désormais couché sur Abeo, frottant sa tête contre les la cuisse droite de la vampire, attendant en retour des caresses, pour ronronner encore plus.

Quel est cet étrange chat ?Abeo se remit à penser, sans toutefois négliger son rôle de guet, à ce que lui avait dit Trucid.L'amour le faisait vivre, l'amour était donné à une personne, d'un certain point, Trucid s'était donc appuyé à quelqu'un...Nan !Puisqu'il la protégeait, donc il ne s'en servait pas comme dossier, non, il était attaché...il l'apprécie en fait, pour faire peu, et s'il apprécie, alors il compte dessus ?Non, qu'est ce que c'est ?Il...veut la garder pour être sur de ne pas être délaissé dans ce monde ?Oui c'est ça, il ne veut pas qu'on oublie son nom, alors qu'il vit toujours, il ne veut pas être inconnu de tout le monde...il veut tout simplement être..mais bien sur.Ce chat, il veut me faire comprendre quoi alors ?Ca ?En quoi avoir un chat...mais bien sur.Elle avait enfin compris et, tout en posant la main sur le chat et le caréssant, elle se retourna jetant un coup d'oeil à l'endormi et dit au chat:


"Je t'appelerai...Aeon, j'ai toujours aimé ce petit nom, pas toi petit chat ?
Miaaw ! *Ronronne*


Abeo pensa alors que cechat était une nouvelle forme d'art qu'elle se devait de garder près d'elle, afin de l'analyser et de le comprendre.Elle continua de papouiller cette étrange créture nonchalente et observa au loin, attendant que quelqu'un daigne venir, pour qu'elle puisse boire un peu de sang.La nuit était tombée, Trucid semblait bien dormir, la vampire ne l'entendait effectivement pas et oubliait de plus en plus sa présence.

___

Elle apparut sur la tempe, à proximité des cheveux du jeune Undead. Ne pouvant lutter contre les lois de la gravité, elle commença à dévaler la pente des joues du guerrier allongé. Un toussotement, et elle se retrouva propulser en l'air, cotoyant pendant quelques secondes les cheveux tombant devant le visage de l'homme. Elle retomba brutalement, éparpillant un peu de sa substance sur le reste du visage. Puis, longeant lentement l'oreille, elle sembla hésiter à entrer dans la cavité olfactive qui s'ouvrit devant elle. Mais, finalement, elle réussit à ne pas s'y perdre, en la contournant habilement. Elle se retrouva rapidement à l'ombre, derrière le lobe, à l'abri du vent. Agréable position, mais malgré cela, elle ne put y rester. Encore ces satanés lois terrestres...Elle glissa doucement derrière la tête posée sur le rocher. Encore un toussotement. Cette fois, impossible de s'en sortir. Elle se décrocha de la peau si attirante, et tomba, tomba, sans pouvoir rien faire pour se sauver, sans une seule possibilité de se rattraper. Nombre de ses compagnes avaient terminé comme elle. Elle fendit l'air jusqu'au sol, s'écrasant dans un petit "ploc" sonore.

Trucid n'essaya même pas de se redresser. Il avait senti cette goutte de sueur lui chatouillé le visage, et, ne pouvant toujours pas lever le bras sans avoir mal, avait toussé plusieurs fois pour la faire disparaître. Il y était arrivé, il l'avait entendu frappé le sol discrètement. Il sourit. Et tourna la tête vers Abeo. Son monologue ne l'avait sûrement pas fait changé d'avis, bien qu'il y ai mis tous son coeur et toute sa conviction. Tant pis. Il sourit de nouveau. Elle finirait par comprendre. Plus que les mots, l'expérience la ferait changée. Maintenant, ou dans plusieurs centaines d'années, l'expérience lui montrerait qu'elle avait tort de penser ainsi. Et là, elle pourrait être fière d'elle. Non pas qu'elle ne puisse pas l'être en ce moment, mais si elle continuait à cracher ses l'amour et l'affection, ele perdrait plus qu'elle ne gagnerait. Il reposa sa tête, et, s'aidant de ses mains, plaça la couverture qu'Abeo avait mis sur lui sous sa tête, pour ne plus sentir la pierre essayer de lui percer l'arrière du crâne.

Il observa sa bienfaitrice, qui, elle-même, observait un papillon aux étranges couleurs. Magnifique, mais...Encore une oeuvre de la nature que la guerre et la folie des peuples supprimeraient à force de conflits et autres combats. Comment pouvait-on espérer vivre paisiblement dans un monde aussi barbare que celui-là. Une larme qu'il ne put retenir suivit le chemin de la goutte de sueur pour terminer à terre. Il se maudit pour tant de faiblesses sentimentales, alors qu'il était déjà faible physiquement. Il aurait le temps de pleurer lorsque la corruption ne régnerait plus en ces lieux. Il s'évanouit, d'un seul coup, sans aucun signe avant coureur.

Le noir complet. Persistant. Complet. Et...Rien. Rien du tout. Pas un flash, pas un bruit, pas une lueur. Rien. Seulement le noir complet. Persistant. Complet. Et...Rien.

Il ouvrit les yeux. Son regard était fixé sur un petit chat, qui s'était assis sur les genoux de la jeune femme. Elle le caressait, et, apparemment, était perdu dans ses réflexions. Lorsqu'elle prononça sa dernière phrase, le visage du blessé s'éclaira d'un sourire. Il tenta de se lever, et, surprise, n'eut aucun mal à la faire. Encore une légère douleur, bien loin des souffrances précédentes. Comment était-ce possible? Peut-être son évanouissement avait été plus réparateur qu'il le croyait. Ou, simplement, il ne s'était pas évanoui, mais juste endormi, et son corps avait réussi à regénérer ses cellules. Toujours est-il qu'il se leva. Abeo ne le vit pas, elle était perdue dans sa contemplation de l'horizon, peut-être attendant un ennemi. Et elle avait toujours sa main posée sur le petit chaton, qu'elle avait baptisé quelques minutes plus tôt.

Avant de vraiment se retourner pour partir, Trucid murmura:

"-
Les faibles sentiments, hein..."

Il ferma doucement les yeux, et le vent porta ses paroles jusqu'au oreilles d'Abeo. Avant qu'elle ne se retourne pour le voir, il disparut dans la nuit, ne laissant comme trace que les paroles fugitives captées furtivement par la jeune femme.


Dernière édition par le Mar 26 Juin - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Trucid
PotinTeur de L'extrême
avatar

Masculin
Nombre de messages : 986
Age : 27
Localisation : Grenoble :P
Clan : Vamps
Race : Vampire
Date d'inscription : 22/06/2006

MessageSujet: Re: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   Mar 26 Juin - 13:01

___

Il n'était plus là, le chevalier sans armure était reparti, dans l'obscurti, sans doute pas remis de sa douleur.Abeo prit alors de ses deux mains le chat noir en les plaçant sous le ventre et le posa délicatement sur le coté, après quoi elle descendit de sa tour pour essayer de trouver des traces du vampire qui avait fui.Le soldat mort qu'elle avait trouvé avait deux petits points rouges dessinés sur son cou crasseux, preuve que Trucid s'était au moins allimenté avant de partir, elle sourrit alors à l'idée de ce bougre si borné trébuchant toutes les dix coudées, roulant par terre dévalant les collines et tomber aux pieds de l'ennemi.A cette dernière pensée la vampire se remit à ses recherches, essayant de tomber sur une ligne de sang ou bien des traces de pas qui l'auraient alors conduit au chevalier de la nuit, mais rien, non rien ne lui avait été laissé, sans dout parceque Trucid se doutait qu'elle allait partir le retrouver.Comme s'il avait été emporté comme ce papillon, Trucid s'était échappé sans rien laisser quoi que ce soit lui appartenant.Abeo abandonna son idée de le rejoindre, s'il était parti ainsi sans la prévenir ni même lui faire un véritable aurevoir, c'est bien parcequ'il voulait être seul, réfléchir, dans l'obscurité naissante de la nuit.Des pensées s'échapèrent prenant comme issue de secours la bouche de la vampire:

"Idiot !Que vas tu faire ainis seul dans le noir ?Tu vas t'épuiser à marcher...tu vas te perdre, tu ne connais même pas ta positions actuelle...si au moins tu avais une carte.J'espère que tu trouveras un abri avant le lever du jour et avant que les patrouilles de l'ennemi ne commencent leurs rondes diurnes.Idiot...tu ne penses donc à rien ?Est-ce l'amour qui te rend si aveugle intérieurement ?tu es vraiment...pathét...
...miaaaaaaaaaaaw !
Ah oui, je t'avais oublié toi.Allez, viens sur mon épaule, je te sens fatigué petite chose"


D'un bond, le chat arriva sous les épaules d'Abeo et s'accrocha à celles-ci puis grimpa et s'aggrippa fermement, ce qui fit mal à la vampire au début mais qui finit par s'y habituer assez rapidement.Elle ouvrit une de ses saoches et en sortit un papier et un petit stylet, mais, manque de chance, elle n'avait pas d'encre.Elle décida alors de faire couler un peu de son sang en s'entaillant légèrement l'index de la main gauche, qui tenait en même temps la feuille.Elle se mit alors à écrire tout en marchant :

Citation :
Cher Trucid, vous m'avez quittée de ce lieu bien promptement et vous n'avez même pas daigné me faire vos aurevois, ou vos adieux, en face de moi.J'aurais effectivement compris que vous vouliez rester seul mais il est vrai que je vous aurais tout de même suivi, même de loin, chose que n'auriez sans aucun doute détesté.Bref, j'aurais préféré que vous restiez à l'abri sous mon aile, le temps d'un rétablissement complet.De plus, j'ai quelques questions à vous poser.J'attendrai d'avoir une réponse pour vous questinner...sire Trucid.Je vous dis à bientôt je l'espère, et...prenez garde à vous, ne faîtes pas souffrir la femme que vous aimez en mourrant...ce qui serait synonime d'abandon.

Sanguinolleusement, Abeo, dame des ombres.

Abeo siffla ensuite, ce qui sembla faire mourrir le chat qui avait biassé la tête afin de se protéger les oreilles.Puis, vint des cieux une chose plus noire que la nuit étoilée, un corbeau en effet arriva et se posa sur l'épaule gauche d'Abeo.Aeon ne manqua pas d'essayer de le taquiner de deux ou trois coups patte, griffes non sorties, chose qui irrita Abeo disputant son annimal de compagnie.

"On n'a-tta-que pas ses alliés vilains chat.Reste un peu tranquil le temps du voyage veux tu.Je te présente mon messager, ce grand corbeau à qui je n'ai toujours pas trouvé de nom...il faudra que tu m'aides mon petit Aeon, hein ?Allez file mon fidèle messager !"

Comme si l'oiseau avait les mêmes capacité que les chiens à débusquer sa cible grâce à l'odeur, message attaché à la patte, après qu'Abeo ,ne lui ait fait sentir un bout de tissu déchiré de Trucid, la sombre créature prit son envol, filant droit vers le nord est.


Voilà, enfin fini. J'espère que cela vous a plu!
Revenir en haut Aller en bas
chaoskhorne
Ronchounou en Kilt
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2149
Age : 35
Localisation : Mort
Clan : Mort
Race : Mort
Date d'inscription : 07/05/2006

MessageSujet: Re: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   Mer 27 Juin - 19:54

Tres beau texte vous deux Sad

on a que des dieux du rp ^^
Revenir en haut Aller en bas
Saskia
VAMPS
avatar

Féminin
Nombre de messages : 445
Age : 25
Clan : Vamps
Race : Vampire de sang pur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   Jeu 28 Juin - 23:30

C'est bien..


Quel commentaire :p
Non mais j'ai trouvé ça mignon la réaction des 2 protagonistes l'un vis à vis de l'autre :).
Comme d'hab c'est bien écrit des 2 côtés (avec une pref' pour Trucid ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Abeo, Trucid, une nouvelle amitié?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle amitié(libre)
» [Story] BIONICLE The Yesterday Quest, la nouvelle série en ligne
» Teste de la nouvelle "DashBoard" Xbox 360
» Campagne D&D 3.5 Nouvelle Année
» [Rumeur] Nouvelle figs Tallarn?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cabaret Noir :: En Piste ! :: Sur les Planches !-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit