Le Cabaret Noir

Antre des Vamps
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Mémoires d'Abeo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Abeo
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 327
Age : 29
Localisation : Banque...du sang
Clan : VAMPS
Race : VAMPIRE assoifée
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Les Mémoires d'Abeo   Jeu 28 Juin - 20:18

Citation :
Mémoires d'une Vampire destinée à l'Assassinat: ABEO

Dans ce livre sont inscrites les mémoires d'Abeo, vampire du clan Vamps et assassine au service de la grande Seytahn.Ici seront contées les aventures qu'aura menées la jeune recrue, et afin de préserver le parfum d'une histoire racontée aux enfants, tout sera rédigé à la troisième personne.Moi Abeo m'engage ainsi à vous dévoiler mes exploits mais aussi mes défaites.

Sanguinolleusement, Abeo, dame des Ombres.

CHAPITRE PREMIER:
Retour Au Front

Citation :
Un évènement des plus imprévisibles s'était déroulé au cabaret, en effet Abeo avait tenté de s'ôter la vie après avoir remis en question l'intérêt de son existence.Elle en était venue à cette décision après être tombée deux fois au combat, elle ne parvenait pas à contrôler son corps offert pour sa "renaissance", elle pensa donc être un fardot pour son clan.S'étant tranchée l'artère du cou, la vampire s'effondra laissant son âme à la portée de la mort, une bonne fois pour toute.Mais Seytahn, "grande matriarche" des vamps, qui passait devant sa loge ressentit cette dissipation de vie et usa de ses pouvoirs pour faire revenir la vie d'Abeo qui s'échappait.A son réveil, la jeune recrue vit à son chevet le chevalier Trucid qu'elle crut être à l'origine de sa guérison, son moral ainsi lui revint, et sa soif de sang aussi.Au moment où Emrys entra dans la loge, un face à face des plus tendus se déroula entre le mage et l'assassine.En effet, Abeo sembla possédée, sans doute était-ce du à sa soif de sang et de veangeance.La vampire s'échappa du cabaret pour retourner au front, pour récupérer les restes de son honneur qu'elle avait laissée sur le champ de bataille en désertant.Abeo arriva finalement à vue du campement de son clan.

Seule au milieu des champs de culture dévastés par la guerre, Abeo, dans sa course, sautait pour ne pas trébucher sur les cadavres laissés allongés sur le sol, de même elle évita de justesse à plusieurs reprises de se faire transpercer les pieds par des sajettes brisées en morceaux qui fleurissaient sur cette terre corrompue par le sang versé par des espées.Elle arriva sur une colline qui dominait ces terrains d'affrontement, de là elle put trouver facilement un camp, qui n'était pas bien loin de sa position.En effet, elle vit de loin un agglutinement d'aucubes, sur lesquelles elle remarqua d'ailleurs les armoiries de son clan.Elle allait enfin pouvoir prendre reposance après une nuit passée à courrir, évitant par moments des patrouilles alliancieuses.Elle se mit alors à courrir encore plus vite qu'auparravant, pressée de pouvoir retrouver ses confrères, mes surtout pressée de tuer une fois le soleil levé.La lune était encore haute lorsqu'elle s'approcha du campement, ce qui signifiait pour elle qu'elle aurait quelques heures de sommeil.Non loin des premiers trefs, la vampire apperçut une lumière dans l'un d'entre eux, une torche posé à coté d'un guet se disait-elle, elle partit donc dans sa direction pour ensuite entrer dans cet avant poste.Elle entra dans l'aucube du gardien de nuit sans qu'il n'eut le temps de s'en appercevoir, puisqu'il était à ce moment là entrain de se servir une coupe de sang dont l'odeur réveilla les canines de la vampire.

"Me reposer !!Je dois me...reposer...vite !!
Qu...qui êtes-vous ?Ah...ces canines, ouf, j'ai eu crainte que vous n'êtiez des nôtres...vous voulez vous reposer ?Allez donc derrière, il me semble que l'héberge est laissée vacante.
Bien, je vais prendre congé et m'y mettre au coi.
Reposez vous bien...demain aura lieu un bain de sang."


Abeo sortit de la tente se dirigea vers celle que le vampire lui avait montrée et s'y assit en tailleur.Elle déposa soigneusement à côté de sa couchette ses lames ainsi que les quelques sacoches accrochées à sa ceinture.Elle se déshabilla à moitié pui s'allongea et chercha à trouver le sommeil.Elle avait toujours ces images morbides, toujours ces meurtres, toujours cette si grande soif de sang qui ne semblait vouloir s'assouvir dans ses rêves.C'est dans ces songes qu'Abeo s'endormit et se qu'elle se reposa.Lorsqu'elle se réveilla, le soleil s'était déjà levé depuis quelques heures semble-t-il et le campement était presque désert.A peine la vampire ne s'était-elle évadée de son sommeil qu'elle dut subir les effets nocifs des rayons solaires sur sa peau de vampire.Elle attrappa alors une veste trouée noire qu'elle avait chippé à un guerrier tombé au combat, et se recouvra de celui-ci pour faire face au soleil.Elle comprit bien vite que plus personne (ou presque) n'était resté au camp et se mit à son tour en route en direction de l'est, d'où l'appelle du combat sembler surigr.Elle avait laissé au camp ses sacoches contenant diverses armes de jets, explosifs et ses économies.Après un heure de route, elle vit adossé à une fallaise qui semblait être à l'origine une colline, que la guerre aurait alors coupée en deux dont une des partie n'aurait survécu au choc, un elf qui se reposait.En réalité, et elle s'en apperçut en se rapprochant discrètement, celui-ci était en train de panser quelques légères blessures au bras droit qu'il avait subit sans doute dans une bataille ayant eu lieu le matin, et dont il se serait échappé car en mauvaise posture.Abe décida de gravir la montagne pour le surprendre, en ouvrant le combat par les airs.Etant donné qu'elle était friande du combat et qu'elle détestait toute utilisation d'arc, pour se défaire d'un ennemi qui ne l'aurait même pas remarqué, Abeo sortit de ses fourreaux un Wakizashi qu'elle garda en main droite et un tanto qu'elle utiliserait pour parer les coups de sa main gauche.Elle termina de s'affairer et se lança dans les airs, en criant:

"Défends toi !Et laisse moi ensuite boire ton sang..."

L'elfe réagit au quart de tour en entendant la vampire l'agresser, et, d'un geste vif, dévoila de dessous de sa cape un long baton de sorcier, l'ennemi était donc démasqué.Abeo allait donc affronter un mage, ce qui lafit soupirer lorsqu'elle atterrit au sol.Une cible facile, voilà ce qu'était pour elle le combattant qui lui faisait face.Elle l'attaqua à pleine vitesse avec un grand sourrire dessiné sur son visage coupant légèrement l'elfe sur son épaule gauche.La riposte de celui-ci ne se fit pas attendre et, d'un bond enarrière, Abeo esquiva le coup de bâtondont le bout avait été enflammé par un des sorts du mage.La vampire se retrouva plaquée contre la falaise, l'ennemi la tenant à distance grâce à sa cane brûlante tenu d'une main droite ferme et, de l'autre, incantait un sort de feu pour la toucher et lui faire mettre genoux à terre.Mais au moment ou celui-ci lança sa boule de flammes, la vampire gauchit à nouveau en effectuant une roulade vers la droite.Le mage la chargea à maintes reprises mais l'assassine était de toute évidence beaucoup trop rapide et agile pour lui, il le remarqua lorsqu'à chacune de ses attaques, Abeo ne se blessait pas mais au contraire elle affaiblissait de plus en plus l'assaillant de multiples blessures légères mais douloureuses pour ce mage inhabitué aux combats au corps à corps.Abeo finit par s'ennuyer et décida d'en finir rapidement en sortant de son fourreau son long katana, après évidement qu'elle ait rangé ses deux autres lames à leur place.Le mage réessaya d'incanter mais ne put termine puisque la vampire s'était élancée, main gauche au dessus de la main droite pour tenir son arme, et lui infligea une longue entaille.Cette découpe partait du bas de sa cote flottante gauche et s'étendanit jusqu'a dessus de son poumon droit, traçant une diagonale.L'elfe s'agenouilla alors non pas pour supplier la vampire, mais plutôt par douleur, posture dont profita Abeo pour se rapprocher de sa cible sans retirer la lame du corps du malheureux.Un sourrire aussi grand que la blessure reçue par le mage s'afficha chez Abeo, qui prit plaisir faire tourner ses mains réalisant aisni un pivotement sur un tour entier de la lame.La lame tournoyait dans le corps de l'elfe qui passa du gémissement au hurlement.La vampire laissa alors échapper quelques paroles:

"Hum que c'est bon amoue le !C'est pour moi la grande extase là, mais tu voulais bien arrêter tes gémements que je puisse me délecter un peu plus encore de ces doux bruits de chair qui se déchiquete...hummm que j'aime ce son !J'adore ça, j'en veux encore plus !Ce n'est que le commencement alors cesse de bravailler je te prie."

L'elfe lui répondit des mots qu'elle ne put comprendre, étant donné qu'elle ne parlait pas la langue elfique, langue qu'elle avait toujours trouvée barabre et sans le sens, sans même la moindre mélodie.Elle arrêta de tourner sa lame pour rapprocher son visage de celui de l'elfe, trempé de sa sueur chaude, et lècha la tempe de l'ennemi pour déterminer le niveau d'affolement dont il était victime.Celui-ci senti légèrement à ce contact une bille froide, faite de métal, un bijou que possédait Abeo depuis qu'elle était vampire.En ressentant cette chose, l'elfe ne pu se retenir d'attrapper de sa main gauche une dague attachée à sa jambière.Mais cette réaction était bien futile puisque la vampire s'en rendit compte et, d'un mouvement brusque de sa main droite, lui attrappa le poignet qu'elle entreprit de retourner afin qu'il ne puisse user à nouveau de cette main.Mais en réalité, ce que la vampire pensa être un geste de désespoir était en fait un leur, un piège dans lequel était tombée la jeune recrue.Elle sentit son erreur et s'en rendit compte par la même occasion lorsque la main droite du mage eut atteint le flanc de l'assassine, en effet, l'ennemi avait incanté un sort de brulure qui projeta Abeo sur le coté.Au moment où la vampire se releva, l'elfe tenta de lever le bras, mais n'y parvenut pas, il semblait être paralysé, et effecivement la douleur avait immoblisé la totalité de son corps.La jeune tueuse ricanna en observant l'expression dessinée sur le visage du mage.Abeo eut donc tout le loisir d'admirer l'oeuvre d'art qui se tenait à genoux devant elle.En effet, au moment où elle voleta sur le coté, la lame en se délogeant du corps de l'adversaire déchira le dernier lambeau de tissu qui empéchat à la veste de l'elfe de tomber.Il était alors torse nu, d'une peau matte, musclé en plus de ça le bougre.Mais ce n'est pas cela qu'Abeo admirait chez cet être, mais plutôt une ligne rouge semblant fuir un cercle d'un rouge plus sombre qui avaient été tracé par la vampire.La découpe était nette et le trou était béant, on voyait la chair du dessus essayant de rejoindre celle du dessous.De ces deux formes géomètriques coulaient de la peinture elle aussi rouge, qui fit presque baver la tueuse.Elle voulut à son tour se mouvoir dans le but de se rapprocher et en terminer avec l'elfe, mais elle remarqua avec rage qu'elle était elle aussi pétrifiée.

"Que m'arrive-t-il ?Espèce d'ordure ! Je vais t'étriper !!Depuis quand les sorts de feu immobilisent-ils la cible ?"

A ces mots dévoilant toute la colère d'Abeo, l'elfe ricanna et se moqua de la vampire, toujours en langue elfique.Les deux combattants étaient désormais des statues qui s'affrontaient de leur regard, attendant que leur paralysie ne s'estompe pour pouvoir avoir l'avantage du combat.Abeo était en bien mauvaise posture désormais, elle risquerait bien de retrouver sa mobilité bien après l'elfe...elle commença déjà à songer à un plan de secours puis s'arrêta de penser lorsqu'elle vut au loin une personne arriver...sans doute pas un vampire car cette femme était à découvert sous le soleil et avait des cheuveux bien clairs pour une dame aux canines poitnues.Mais c'était bien une vampire, celle-ci affirma s'appeler Saskia et engagea la conversation voyant Abeo ne semblant comprendre comment elle parvenait à resister aux rayons du soleil, qui se couchait mais tout de même.

"Eh bien mademoiselle Abeo, vous semblez être tombée bien mal...Heureusement pour vous que je n'étais pas bien loin.Je peux comprendre à votre attitude que vous ne pouvez bouger ?C'est cela ?
Qui..qui es...comment...mais qui es...tu ?
Je m'appelle Saskia et sui une vampire tout comme toi !Aurais tu d'autres questions ?Car moi j'en ai une à te poser, enfin c'est plutôt une requête.
...
Bon alors voilà, ça te dit qu'on passe la marché suivant ?Je te libère tout de suite de cette emprise magique mais en retour tu me laisses tuer cet être vil et pas beau.Sinon, bah je te laisse dans ton état et tu risqueras de te faire tuer inutilement.Ca te convient ?"


Abeo resta un instant muette devant ce que dit la jeune vampire.Elle était impressionée par la beauté de cette personne, elle semblait avoir une peau douce et chaude à toucher, elle ne craignait pas le soleil et pourtant c'était une vampire.Elle avait un regard si expressif criant la joie de vivre, elle sembla à l'assassine être une vampire pure.Puis elle se reprit et répondit à la dénomée Saskia:

"Je t'en prie, je ne vois pas...comment...je pourrais t'en empécher.Tue le donc, je me suis suffisament amusée avec lui.
Hihihi merci petite Abeo, je te revaudrai ça, crois moi sur parole."


Et, d'une incantation rapide, Saskia jeta un sort de type inferno achevant l'ennemi qui s'écroula appuyé sur la falaise.La vampire put enlever son vieux manteau miteux, maintenant que le soleil était tombé et qu'elle était de nouveau libre de ses mouvements,puis s'approcha de son ennemie vérifiant qu'il était bien mort.Une fois la chose faite, elle lècha sa lame qui paraissait transpirer de sang.
Une fois qu'elle fut rassasiée, Abeo se dépécha pour rejoindre Saskia qui s'étais mise en route lui posant ainsi quelques questions:

"Euh...Saskia ?J'aurais quelques questions s'il te plait à te poser !
Je t'écoute Abeo.
Bah voilà, je voulais savoir, euh, comment fais tu pour supporter les rayons de la lumire pure ?
Oh ça ?Tout simplement parceque je suis d'une très vieille famille de vampire, on s'est donc habitués au soleil hihi.
Ahhhh...ok...merci.Et euh, par hasard, tu aurais un livre sur toi que tu n'aurais pas utilisé ?
Euh oui j'ai bien ça, tu as de la chance, j'étais partie en catastrophe de mon campement en te voyant en train de combattre...tiens voilà."


Saskia chercha dans un sac qu'elle portait un livre qu'elle donna à Abeo, puis, les deux femmes terminèrent la conversation par un:

"Désolée Abeo, mais je me dois de partir, je te dis donc à très prochainement sur le champ de bataille hein ?Allez aurevoir
Aurevoir...damoiselle Saskia."
Revenir en haut Aller en bas
Abeo
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 327
Age : 29
Localisation : Banque...du sang
Clan : VAMPS
Race : VAMPIRE assoifée
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Les Mémoires d'Abeo   Jeu 28 Juin - 20:19

(CHAPITRE PREMIER SUITE ET FIN)



Abeo rentra ensuite au bivouac, sa grande veste dans une main et un livre dans l'autre, qui allait lui servir de journal où elle y écrirait tous ses exploits, toutes ses aventures et même mésaventures, elle était décidée à écrire afin de créer une trace de son existence.Cette Saskia, aussi gracieuse et belle soit elle, avait changé Abeo, elle l'avait tout d'abord calmée d'une façon que la jeune recrue ignorait mais aussi cette vampire lui avait réchauffait l'esprit.Abeo avait changé par cette rencontre, elle devint un peu moins froide en effet.Une fois de retour dans sa tente, la vampire ouvrit le livre, attrappa une plume et de l'encre et se mit à écrire:

"Alors...que vais je bien pouvoir écrire ?Hummmm pourquoi ne pas commencer par aujourd'hui ?Ah c'est une bonne idée ça, mais me faudrait une petite introduction pour les lecteurs....ah je sais, je vais écrire: Mémoires d'une Vampire destinée à l'Assassinat...Abeo.Dans ce livre...sont inscrites les mémoires d'Abeo...vampire du clan Vamps et...assassine au service de la grande Seytahn...Ici seront contées les aventures qu'aura menées la jeune recrue...et afin de préserver le parfum d'une histoire racontée...aux enfants...tout sera rédigé...à la...troisième personne.Moi Abeo m'engage ainsi à vous dévoiler mes exploits mais...aussi mes défaites."

Abeo se mit à rire de ce qu'elle marquait et continua à écrire sans s'arréter, racontant sa journée vécue.

"Chapitre premier..."
Revenir en haut Aller en bas
Abeo
Invité/e
avatar

Féminin
Nombre de messages : 327
Age : 29
Localisation : Banque...du sang
Clan : VAMPS
Race : VAMPIRE assoifée
Date d'inscription : 01/05/2007

MessageSujet: Re: Les Mémoires d'Abeo   Jeu 28 Juin - 20:20

Citation :
CHAPITRE SECOND:
Un Mercanti Bien Corrigé

Citation :
Abeo était finalement parvenue à écrire un long récit sur son aventure de la veille, elle put ainsi prendre reposance, car elle était bellement pitable de fatigue colpe à son affrontement.La belle songea à l'arrangement de sa loge, rpeva d'une puissance encore plus grande et enfin se mit à fantasmer d'actes sinistres et morbides, de tortures inclassifiables car d'une violence inouïe.Elle était bien, ainsi en coi dans son sommeil, seule endormie dans don étroite héberge mais tout de même suffisament grande pour contenir la vampire de petite taille qu'elle était.Son doux plaisir ne fut que trop bref puisque la damoiselle sut sortie de son sommeil par l'essoinne d'un mécréant qui se mit à hurler.La nouvelle recrue se leva alors et se décida de donner une leçon à ce vil trouble fait.

Le temps que mit Abeo pour s'acoisser, le malautru ne fit plus le moindre bruit, ce qui ne rendit la vampire que plus irritée en cette jolie nuit fraiche.Le campementétait baingé dans la lueur de la Lune, laquelle reflétait des solaires morts et froids, faisant briller les yeux gris d'Abeo qui semblèrent être d'argent..Celle-ci se mit en tête de se rassasier en sang, afin de mieux débuter cette journée qu'elle prédisait sanglante.Après avoir englouti un litre de ce bon nectar rouge, récolté sur les victimes alliancieuses de la veille et de l'avant veille, la tueuse partir questionner un groupe de six non morts jouant aux osselets, usant des petits os d'un gnome,Ceux-ci lui conseillèrent d'aller voir ce commerçant qui avait fait halte la veille, espérant gagner son pain en réalisant quelques transaction dans ce campement avec des soldeniers en cette contrée ravagée par les guerres.Celui-vi vendrait apparement des affublements et d'autres babioles en tout genre, ce qui intéressa naturellement Abeo, puisqu'elle n'avait utilisé jusqu'à maintenant qu'une vieille longue veste trouée de toutes parts pour se protéger de la lumière pure du soleil, qui lui avait déjà offert une bonne dizaine de brûlures qui tout de même disparraissaientau fil du temps.En effet, la seconde personne qu'elle était subitement devenue au cabarets'en était allée au front sans même ne prendrela peine de prendre un veste noire ou même un drap.Abeo s'affaira donc à trouver ce marchand, ce qui ne mit pas bien longtemps puisqu'il se remit à brayer et, attirée par ces bruits insupportables, la vampire le repéra et entama une discussion:

"Bien, le bonjour vieil homme !Seriez vous à tout hasard le mercati passagé dont tout le monde en fait le sujet de conversations ?
Bonjour à vous belle jeune damoiselle.Je suis bel et bien le ravitailleur des grandes batailles, plus connu sous le doux nom du célèbre Emreck Ramiochi.Puis-je vous être util en quoi que ce soit ?Euh....
Abeo, dame des ombres.Et oui !j'aimerais à voir quelques articles que vous auriez à vendre."



La vampire dévisagea l'homme, qui lui faisait étrangement penser à cet Emrys qu'elle avait rencontré dans sa loge au cabaret.Il était vêtu d'un pantalon bouffant de couleur vert clair, rentré dans des collants oranges qui moulaient des molets bien grotesques.Son haut n'était pas moins pitoresque puisque le vieux marchand portait une chemise de couleur bleu azur, ouverte au niveau du col, laissant alors à vue de tout le monde un large carré de longs poils grisâtres, fleurissant sur une peau soutenue par une couche de gras faisant onduler par moment cette blanche broussaille lorsque l'homme bougeait brusquement.Nul doute, ce devait être un cousin de l'affreux Emrys, sauf qu'à l'hideux ici présent manquait une chose, l'odeur unique dont était porteur le mage.Le marchant avait un visage grassouillet, une barbe naissante donnant l'impression que l'homme était bien sal pour un homme des affaires.De plus, une pustule avait pris pour nid douillet le nez magne et large du jouflux.Dégouttée à la vue du torse poilu et de la pustule, Abeo releva les yeux et put alors observer désomrais la tignasse de l'homme qui n'était autre en fait qu'une perruque.Sans doute avait-il du se séparer de ses cheveux après avoir attrapper quelques poux, cela n'aurait pas étonné la dame aux yeux gris étant donné l'état de malpropreté du bougre.Malgré que cette coiffe était factice, cela ne l'empéchait pas d'être elle aussi devenue en piteux état.En effet, on aurait plus dit un chapeau de paille qu'une perruque aristocratique, ce qu'était sans doute la chose à son origine.Ele décida de se risquer à le regarder droit dans les yeux, chose qu'elle ne parvint pas à faire, non pas par manque de courage, mais plutôt parcequ'elle voulait s'empécher de rire en voyant les deux partir chacun dans un sens opposé à l'autre.On dit qu'il est impossible de voir à la fois à droite et à gauche, mais voici ici présent devant Abeo l'exception qui confirme cette règle.Toutes ces couleurs...cette attitude...cette haleine qui était parvenue aux narines de la vampire...tout cela la menait à croire que l'homme était un croisement entre Emrys et un caméléon.Elle ne put retenir un rire sarcastique à cette image qu'elle voyait.

"Que vous arrive-t-il douce femme ?Pourquoi riez vous donc ?
Oh !Rien d'important monsieur.
Hum,d'accord d'accord...avez vous quelque chose de précis en tête que vous désireriez acheter ?
Certainement, j'ai entendu dire que vous possédiez des tissus.Auriez vous par hasard quelques manteau de tissu noir à me faire essayer ?
Eh bien cette votre jour de chance je dirais mademoiselle.En effet j'ai des tissus mais surtout un manteau qui devrait vous intéressait puisqu'elle grand et de couleur noire, c'est évidement le seul que j'ai en stock, et je vous avouerai qu'il m'a été commandé par une duchesse, mais...devant une beauté pareille, je ne peux resister et je n'ai guère le choix que de vous le faire essayer.Je vous prie, attendez moi ici quelques secondes le temps que je retrouve l'objet en question."


Le vieux partit chercher dans sa caravane le manteau.La caravane elle aussi était dans un triste état, on aurait pu croire à une épave en voyant ce vulgaire bout de boit sur roues, avec un vieux drap déchiré en guise de toile.Les chevaux étaient très maigres, elle se demandait même comment ils pouvaient tenir debout.Il n'auraient pas de peau sur les os, la vampire aurait dit que c'était des palefrois non-morts.La cliente attendit donc que le marchant, partir dans sa boutique ambulente ne daigne sortir de ce bazzare.Elle entendit tout un rafut, comme si 'lon se battait à l'intérieur de cette charette, le gueux ayant poussé des gémissement, la vampire s'approcha et lui demanda:

"Tout va pour le mieux monsieur ?Vous vous en sortez ?
Oh n'ayez crainte mademoiselle, mais venez, montez donc vous assaoir ici, je vais vous sortir le tissu et je n'aimerais pas que des personnes malintentionnées ne voit le trésor que cette chose est en réalité.
Très bien j'arrive, mais faisons vite je vous prie, je suis fatiguée et aimerais me recoucher au plus tôt."


Le vieil homme essayait de la charmer, chose qu'elle remarqua, Abeo n'était pas dupe, si l'homme la faisait monter, lui montrant l'article à l'abri ce la lumière lunaire, c'était pour qu'elle ne se rende pas compte de l'état tout aussi pitoyable que le comerçant lui même de la veste.Le vieil homme trouva enfin la veste, elle était grande, très grande, elle devait appartenir à un grand soldat, mort au combat, puisqu'une tache de sang était dessinée dans le dos.De plus, lorsqu'Abeo souffla sur la chose, une épaisse couche de poussière mélangée à de la terre prit fuite dans les airs.Au toucher, la vampire reconnut que c'était un tissu de qualité bien médiocre, mais qu'importe, c'était le seul article intéressant Abeo dont le marchand disposait.Elle lui demanda alors combien cela lui couterait, et, comme si le marchant avait prédit cette question, il répondit instantanément, en ayant presque coupé la parole à la dame à la peau blanche:

"Cela vous fera cent cinquante pièces d'or.C'est un prix bien raisonable pour article de luxe que celui-ci, n'est ce pas ?
Vous moqueriez vous messire ?Ce tissu et de bien mauvaise qualité, et vous osez dire que vous le vendez au prix des soies les plus demandées ?Allons donc, réfléchissez deux secondes sire et veillez à baisser les prix, cela n'est point correct...
Baisser les prix ?Auriez vous perdu la tête madame ?Sentez donc ce parfum ?Et la qualité est très bonne, il suffit juste de passer la chose dans une rivière, c'est vous damoiselle qui ironisez !
Arrétez donc ces railleries, vous êtes en train de blesser mon honneur, je vous dis que votre veste ne vaut pas un clou, et vous osez tenir tête à un client ?
Voyons, si je devais me laisser faire par totues les dames qui croient connaître le domaine, je n'aurais pu être devant vous.Toutefois, je pense que nous pourrions tous deux trouver terrain d'entente, qu'en pensez vous ?"
termina le vieil homme tout reluquant la vampire afin de lui faire comprendre de quoi il voulait parler par entente.

Une main blanche se posa alors sur les grosses cuisses du marchand, tout sourriant en remarquant que la belle entendait bien la proposition.La main remonta légèrement puis s'arréta soudainement.


"Cinquante pièces d'or messire ?
Je pencherai plutôt pour cent trente pièces d'or."


La main d'Abeo se remit en mouvement, remontant lentetement la jambe passant par l'extérieur.La main s'arréta à nouveau et la vampire demanda d'une voix envoutante:

"Et là messire ?
Oh vous avez réussi a ne descendre qu'à cent pièces d'or tout rond."


La montée reprit, la main serpentant désormais à l'intérieur de la cuisse, s'arrétant tout prêt des parties génitales de l'homme, tout heureux de ce qui se déroulait dans sa caravane.

"Je pense que nous sommes venus à bout de cette transaction n'est ce pas ?Mon article me sera-t-il donné pour les cinquante pièces d'or que j'ai proposé ?
Je dois admettre que vous avez bien fait monter...les enchères, mais,je ne peux que m'arréter au prix de soixante-dix pièces d'or, c'est déjà ça n'est ce pas ?
Dans ce cas, je m'en vais de ce pas vers ma tente, je n'ai plus rien à faire ici à négocier avec un sourd.
Attendez jolie jeune femme.Je pense que l'on pourrait s'arranger, si vous pouviez me rendre un petit service, je pense que vous voyez de quoi je parle madame, hein ?
Je pense voir de quel service vous voulez parler, ne serait-ce point...cela "


Abeo caressa de sa paume, puis attrappa les pharettes du vieil homme à pleine main, et serra de toute la force de son avant bras.Le marchand poussa un cri aigu et strident, qu'Abeo étouffa en frappant de sa main gacuhe, restée libre, la gorge du vicieux, coupant par la même occasion.Elle releva les pices, et se mit à lui parler:

"Alors vieux pervers on a cru pouvoir profiter d'une femme en besoin de tissu ?Moi je pense que vous vous êtes adressés à la mauvaise personne, oui, vous ne pouviez pas tomber plus mal que sur moi.J'ai un petit secret pour vous, qui ne vous êtes doutés de rien."

Tout en maintenant la pression sur les coilles du troufion, la vampire lui dévoila ses deux canines affutées.L'homme se mit alors à gémir, pleurant, il supplia la tueuse de ne pas le tuer.

"je n'ai que faire de vous tuer, votre sang ne m'intéresse pas, je suis persuadée qu'il pourrait même me tuer de dégout...non, ce que je vais vous prendre, ce n'est pas la vie, mais plutôt ce chiffon que vous prenez pour un tissu de luxe.Et comme vous n'avez été que trop peu courtois avec moi, vous allez me l'offrir, en guise de pardon.Oh que vous êtes gentils messire !Merci et aurevoir."

Les testicules libérées, la dame des ombres attrappa la veste et s'en alla, laissant le marchand allongé dans sa caravane, recroquevillé à se tenir ses précieux bijoux de famille.Il comprit alors que ce n'était pas le campement idéal où il pourrait arnaquer des soldeniers, bien au contraire, et il se cacha, parmi toutes les babioles qu'il avait, attendant que le soleil pointe le bout de son vilain museau, et grâce auquel il décida de prendre la fuite.Quant à Abeo, elle retourna à son aucube, où elle prit soin de traiter le manteau, afin de pouvoir partir au front durant la journée.
Revenir en haut Aller en bas
Saskia
VAMPS
avatar

Féminin
Nombre de messages : 445
Age : 26
Clan : Vamps
Race : Vampire de sang pur
Date d'inscription : 30/12/2006

MessageSujet: Re: Les Mémoires d'Abeo   Jeu 28 Juin - 21:16

Joli ! *clap clap*
Il m'a fait bien rire le passage après que j'ai achevé le vil elfe ^^.
Hâte de lire le 3e chapitre Wink.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Mémoires d'Abeo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Mémoires d'Abeo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fan-Fiction] Mémoires d'un guerrier
» Mémoires d'un Janissaire
» [Héritage] Présentation des Mémoires de Kizenhrak
» Les mémoires d'un bleu. Privé
» Mémoires de guerre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Cabaret Noir :: En Piste ! :: Sur les Planches !-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Signaler un abus | Forum gratuit